École en réseau – Une idée devenue grande

867
Vue en direction du fjord du Saguenay, l’un des écosystèmes protégés par le parc marin – A. Cossette – Parcs Canada

À l’hiver 2019, une enseignante de l’école Fréchette à L’Anse-Saint-Jean mène un projet pour faire découvrir les différentes facettes du fjord du Saguenay et du fleuve Saint-Laurent à ses élèves de 5e et de 6e année. Rejointe par plusieurs collègues de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay et supportée par l’équipe d’École en réseau, elle développe un projet multidisciplinaire : Le fleuve aux grandes eaux.

Les objectifs du projet vont au-delà du Saguenay et visent à faire connaître le fleuve Saint-Laurent aux jeunes Québécois. Qu’il s’agisse du fleuve à Montréal ou à Rimouski, c’est le même cours d’eau qui s’écoule. Une fois dans l’estuaire et dans le fjord du Saguenay, son incroyable biodiversité fait en sorte qu’il est même désigné comme la première aire marine protégée au Québec et l’une des premières au Canada. Il y a de quoi être fier !

Des experts virtuels

Le partenariat avec École en réseau offre à l’enseignante d’avoir virtuellement accès à des experts pour appuyer les activités d’apprentissage en classe. L’équipe de Parcs Canada basée à Tadoussac est contactée pour présenter le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent qui protège presque entièrement le fjord du Saguenay et des centaines de kilomètres de l’estuaire du Saint-Laurent. Parcs Canada et la Sépaq travaillent ensemble depuis plus de 20 ans pour gérer et protéger conjointement cet immense territoire marin.

Les conférences en ligne permettent aux élèves de découvrir le parc marin et les baleines ainsi que les métiers de la mer comme celui de pilote sur les navires. Les présentations rencontrent un grand succès : plus de 300 étudiants y assistent par le biais de la plateforme virtuelle, sans oublier les représentations différées. « C’était vraiment un projet novateur et porteur », souligne Sonia Normandin de l’équipe de Parcs Canada au parc marin. « On sentait une fierté de la part des jeunes élèves du Saguenay de réaliser l’unicité de leur région ».

L’équipe de Parcs Canada au parc marin lors d’une diffusion en 2022

Un partenariat qui s’agrandit

Le projet a suscité de l’intérêt. Les années suivantes, plusieurs équipes de Parcs Canada au Québec intègrent la programmation virtuelle d’École en réseau et une collaboration s’officialise. Les thèmes adressés aux classes du secondaire prennent de l’expansion et mettent en valeur diverses richesses naturelles et culturelles au Québec et dans les provinces de l’Atlantique en passant par le saumon de l’Atlantique, l’importance des plantes dans la médecine traditionnelle et l’histoire des Noëls de l’époque victorienne.  L’assistance est devenue remarquable. Lors d’une conférence sur le béluga du Saint-Laurent en 2022, plus de 20 000 étudiants (environ 500 classes) sont présents !

L’idée devenue grande se poursuit. La programmation de Parcs Canada 2022-2023 sera disponible sous peu. L’équipe du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent sera de nouveau de la partie avec deux conférences : l’une sur les bélugas et les baleines du Saint-Laurent et la seconde sur les organismes peuplant les fonds marins du fleuve.

C’est un rendez-vous à ne pas manquer !

Voici comment se passe l’École en réseau dans la classe de Marie-Claude Boily. 

École En Réseau (EER) et Parcs Canada, un partenariat qui prend forme au Bas-Saguenay

Cécile Hauchecorne

 « EER, c’est une manière d’avoir le meilleur des deux mondes, pouvoir vivre en région éloignée tout en étant en contact avec des scientifiques, des ressources spécialisées sur à peu près tous les thèmes possibles ! » commente Marie-Claude Boily, l’enseignante aux mille et un projets.

Comment fonctionne École En Réseau ?

« Une enseignante, comme moi en 2018, désire sensibiliser ses jeunes élèves à leur milieu, leur faire connaitre et ainsi développer leur sentiment d’appartenance. Dans ce cas-ci, je prends contact avec le parc marin, qui apporte le contenu scientifique du projet, pendant qu’avec les autres professeurs du Bas-Saguenay, on travaille à insérer ce contenu dans notre programme pédagogique. La magie d’École En Réseau, c’est que plusieurs classes peuvent en même temps assister aux différentes capsules. »

« Pour le projet, on s’est inspiré de l’œuvre de Frédéric Bach Le fleuve aux grandes eaux. L’idée c’était de faire découvrir le fleuve Saint-Laurent aux élèves et on a naturellement fait appel au parc marin. Sonia Normandin, la biologiste de l’époque nous prépare des capsules et répond aux questions des jeunes lors des visionnements. »

Même si on n’est pas si loin de Tadoussac, de nombreux élèves de la classe de Marie-Claude Boily n’étaient jamais allés au bord du fleuve. « Moi je voulais qu’on aille sur le fleuve, et ça a vraiment touché les élèves, il y en a certains qui m’ont dit : Madame quand tu nous lisais le livre Le brunissement des baleines blanches, je l’imaginais grand, mais je pensais jamais que c’était aussi grand ! »

De son côté, Parcs Canada réalise alors le potentiel d’École En Réseau lui permettant de développer son volet éducatif et d’entrer dans toutes les écoles canadiennes. « C’est comme si, suite à ce projet-là, Parcs Canada se rendait soudain compte des impacts positifs d’un tel partenariat. Quelle belle plateforme pour nous, pour accéder aux classes ! Quand on a commencé le projet avec Sonia, elle capotait ! Mais là combien de classes ? On ne le sait jamais combien de classes vont s’inscrire ! »