Élisabeth Boily, nouvelle coordonnatrice pour le comité École-Communauté

160
Élisabeth Boily à gauche sur la photo lors d’une activité parents-bébés organisée par le comité familles de L’Anse-Saint-Jean.

Élisabeth Boily est orthopédagogue de formation, donc tout ce qui est enseignement et apprentissage, pédagogie ou éducation, c’est un langage qu’elle connait tout de même très bien. Cela facilite le contact avec les enseignants. Élisabeth est aussi maman de deux enfants d’âge préscolaire et présidente du comité familles de L’Anse-Saint-Jean.

Ces trois chapeaux lui permettent de porter un regard aiguisé sur les relations école-famille-communauté. En arrivant en poste, son premier défi sera de bien cibler la mission du comité. Si la pertinence d’une telle approche ne fait aucun doute – de nombreuses recherches démontrent qu’il y a plusieurs facteurs de la réussite scolaire qui se situent dans un système autour de l’école – les moyens utilisés pour favoriser un meilleur partenariat entre l’école et la communauté seront peut-être à préciser.

« C’est certain que j’ai encore beaucoup de questionnements concernant ce comité, je viens juste d’arriver en poste mais le premier serait de savoir pourquoi le mot famille n’est pas inscrit dans le titre. Aussi, le plan d’action est très ambitieux et j’aimerais que l’on puisse prioriser afin de cibler les actions qui peuvent avoir un impact sur la réussite des jeunes », souligne la nouvelle coordonnatrice avec enthousiasme. « Il faut en effet faire attention à ne pas se perdre car si on y pense bien, tout peut être finalement une source de partenariat. »
Dans le comité siègent les directions d’écoles, les responsables familles des municipalités, des intervenants du CRÉPAS (lutte contre le décrochage scolaire) et du Carrefour Jeunesse Emploi. Depuis qu’elle est rentrée en poste, Élisabeth se rend également compte que plusieurs organismes du milieu œuvrent dans l’intérêt des jeunes et que l’esprit de collaboration est déjà très présent. Elle souhaite cependant contribuer à ce qu’il y ait un plus grand arrimage dans les plans d’actions de ces différents organismes, pour que tous se mobilisent autour de la réussite des jeunes.