États généraux du Bas-Saguenay Sud : Les municipalités en mode concertation

2010
Philôme La France, Cédrick Dupont, Sonia Simard, Nathalie Sergerie et Roger Dallaire lors des États généraux du Bas-Saguenay Sud.

Depuis près de deux ans, les maires du Bas-Saguenay se rencontrent 5 à 6 fois par année, accompagnés de conseillers municipaux, d’agents de développement et de représentants du milieu pour discuter de différents enjeux. D’abord mis sur pied pour élaborer des projets communs dans le domaine touristique, le comité, qui fonctionne de façon plus ou moins formelle, a élargi son action à plusieurs champs d’activité, dont le développement économique et la vie communautaire. Aujourd’hui, de l’avis de ses membres, le temps est venu de passer à l’étape supérieure.

C’est pourquoi les municipalités s’étaient donné rendez-vous le 6 novembre dernier pour des « États généraux du Bas-Saguenay Sud ». La rencontre avait pour objectif de choisir une structure organisationnelle qui permettra de formaliser le fonctionnement et les objectifs du comité. Une trentaine de conseillers municipaux, de maires, d’agents de développement et de directeurs généraux étaient présents pour l’occasion.

Au cours de la journée, les participants ont ainsi pu discuter des tenants et aboutissants des différents modes de fonctionnement proposés pour le comité, mais aussi des enjeux qui pourraient y être discutés. Après délibération, l’ensemble des personnes présentes ont adopté une déclaration d’intention devant mener à l’adoption d’une convention qui liera les municipalités de Ferland-et-Boilleau, Saint-Félix-d’Otis, Rivière-Éternité, L’Anse-Saint-Jean et Petit-Saguenay. Cette convention déterminera les règles de fonctionnement du comité et ses champs d’action.

Parmi les domaines pour lesquels les municipalités ont démontré de l’intérêt à se concerter, notons : le développement économique (notamment touristique et forestier), les activités culturelles et l’organisation d’évènements. Le comité de concertation poursuivra donc ses démarches au cours des prochains mois en vue de présenter un projet de convention qui pourra être débattu et adopté dans les différents conseils municipaux.

Le Bas-Saguenay a un long historique de concertation, de l’électrification des villages à la création du Trait d’Union, en passant par la fondation du Mont-Édouard ou celle de l’APRS. La mise sur pied de la nouvelle régie inter municipale en incendie en témoigne également. L’enthousiasme des intervenants qui participaient aux états généraux était palpable et semble annoncer la poursuite de cette dynamique politique qui distingue tant le Bas-Saguenay.

 Qu’est-ce que la concertation ?

La concertation est l’action, pour plusieurs acteurs, de s’accorder en vue d’un projet commun, avec un résultat gagnant-gagnant. Ce n’est donc pas de la négociation, qui se fait davantage dans une dynamique gagnant-perdant ou perdant-perdant. Ce n’est pas non plus de la consultation, qui se limite à demander un avis sur un sujet, sans qu’il n’y ait nécessairement d’échanges entre les acteurs. Par définition, la concertation ne doit donc pas nécessairement arriver à un résultat là où les intérêts divergent et sont irréconciliables.