La motoneige et son impact économique

74

Notre ATR régionale possède une bonne expérience pour évaluer l’impact économique de la pratique de la motoneige. Elle le fait depuis 2006 et l’étude de 2017 réalisée par Segma Recherche est très exhaustive. En plus des 5 sondages différents, les chercheurs ont utilisé des données pertinentes provenant des clubs, de la SAAQ, des hôteliers et des commerçants.

La région du Saguenay-Lac-Saint-Jean attire annuellement plus de 246 000 excursionnistes quotidiens (sans nuitée) de plus de 100 km et 74 000 touristes occupent plus de 165 000 nuitées dans les établissements touristiques de toutes catégories. Les observations du Club de Motoneige du Fjord nous font penser que nous supportons une part de 5% de cet achalandage touristique en terme de trafic dans nos sentiers. Ce chiffre correspond également à notre proportion de sentiers. Mais on ne retrouve pas le même achalandage (2 à 2.5%) en hébergement.

Nos observations nous permettent d’avancer les raisons suivantes quant à ce manque à gagner :

  • Nos hébergeurs étant petits ne sont pas ouverts aux grands groupes et ne font pas affaire avec les agences réceptives
  • Ils investissent peu dans la mise en marché et font peu de démarchage auprès des locateurs et organisateurs de tours
  • On offre beaucoup d’hébergements de type « résidence touristique » qui conviennent peu à la clientèle motoneigiste
  • Beaucoup de touristes restent au même hébergement durant quelques nuits et rayonnent en excursions quotidiennes. Dans ce cas, ils préfèrent les villes de Saguenay, de La Malbaie ou de Charlevoix.

Au niveau de la provenance des visiteurs, alors que la clientèle de l’ensemble de la région est de 15% non-canadienne, nous doublons facilement ce pourcentage.

 

La vente des droits d’accès au Club de Motoneige du Fjord est en nette progression. Évidemment la vente en ligne nous permet de rejoindre nos « sympathisants québécois », mais nous avons fait une mise en marché particulière pour les motoneigistes du nord-est américain (états du New-Hampshire, Vermont, New-York, Maine et Pennsylvanie) et ceux-ci représentent maintenant plus du tiers de nos ventes de droits d’accès. Nous sommes un des seuls clubs à traduire en anglais les conditions des sentiers de notre site Web. Une action de la sorte envoie un signal de bienvenue à cette clientèle particulière.

La moyenne de satisfaction s’élève à 88% en général et monte pour les motoneigistes de l’extérieur du Québec à 92%. Le premier motif de satisfaction mentionné est la qualité des sentiers, suivi de la qualité de l’accueil et de l’hébergement et des accès des motoneigistes aux lieux d’hébergement.

Notre Club est très fier des résultats régionaux et ceux-ci concordent avec ceux que nous recueillons quotidiennement. Une nouvelle surfaceuse et notre stabilité financière actuelle nous permettront de continuer à améliorer la qualité de nos sentiers et de leur surfaçage. Dès cet hiver, nous surfacerons 3 fois par semaine la plupart de nos sentiers et cet automne, nous avons investi 80 000 $ dans l’amélioration des sentiers, financés en grande partie par nos partenaires municipaux. En ce qui concerne les accès aux commerces, nous sommes un des seuls clubs à ne pas tarifer les accès aux commerces. Malheureusement, nous déplorons quelques problèmes de droits de passage.

L’impact économique de la motoneige est énorme pour la région. Plus de 160 $ millions dépensés en frais fixes et en dépenses quotidiennes créent environ 1390 emplois indirects à temps plein. Au niveau de nos 3 villages, une analyse plus fine nous permet d’estimer les impacts à 50 emplois ou environ 100 000 heures travaillées.