Madame Louise songe tranquillement à sa retraite

132
La pâtisserie Louise fait face au fjord du Saguenay à L'Anse-Saint-Jean
La pâtisserie de madame Louise est quasiment devenue le passage obligé des très nombreux touristes qui visitent le Bas-Saguenay.

Qui ne connait pas la pâtisserie de Madame Louise au village de L’Anse-Saint-Jean ? Sa réputation dépasse largement les horizons du Bas-Saguenay puisque ses clients viennent de partout dans le monde. En fait, sa boutique est quasiment devenue le passage obligé des très nombreux touristes qui jalonnent notre belle région durant la période estivale. Il n’est donc pas exagéré de parler ici d’une tarte aux bleuets de renommée internationale !

Le bruit court que Madame Louise va arrêter ses activités. Fidèle à sa réputation de média communautaire aux nouvelles constructives, le Trait d’Union est allé à la source de l’information. Rencontre avec une pâtissière au caractère bien trempé!

Celle qui a déjà fait l’objet de nombreuses émissions de télévision, reportages et articles de journaux, qui est citée dans Lonely Planet et le Guide du Routard, ne semble aucunement intimidée par mon enregistreuse. « C’est  certain qu’à la fin de l’été, on est fatigués. Et puis, on ne rajeunit pas ! Joseph, mon mari a tout de même 83 ans et moi, je suis rendue à 77 ans, alors tranquillement, on va arrêter de travailler, prendre enfin cela un peu plus relax. »

Sans vouloir donner de date précise – Madame Louise pense à l’avenir un jour à la fois – la pâtissière sait déjà qu’il y a bien peu de chance qu’elle et son mari fassent une autre saison estivale.

« Joseph vient des Éboulements et quand je me suis mariée, je suis allée vivre là bas pendant 17 ans. Mais après le décès de ma mère, on a acheté la maison et on est revenus ici en 1974. En 1987, on ouvrait la pâtisserie ! On fête nos 30 ans cet été … ça en fait des tartes ! Certaines grosses journées, on en vend jusqu’à 250 ! Tout est marqué, j’ai commencé à compter, mais je ne me suis jamais rendue au bout ! » précise celle qui semble bien décider à prendre enfin plus de temps pour elle.

C’est à Saint-Joseph-de-la-Rive que la passion des tartes et du bon pain est née. Sa sœur Alpha y ouvrait de juin à septembre sa petite pâtisserie et Louise est allée l’aider trois étés durant. Quand sa sœur a fermé boutique, Louise a décidé d’ouvrir sa propre pâtisserie, dans la maison familiale qui l’a vue naître, juste en face du fjord.

Cette année, madame Louise ne fait pas de provision de bleuets congelés pour l’hiver, mais pour ne pas créer un choc trop violent auprès de sa fidèle clientèle, celle qui a appris par elle-même le métier, aura tout de même quelques réserves de tartes dans ses congélateurs.

Pour l’instant, pas de relève pour reprendre le commerce pourtant florissant de Madame Louise : « Ce n’est pas facile de trouver de la relève. Et puis surtout, il faut aimer cela. Ce sont des heures et des heures que l’on donne, qui sont loin d’être toutes payées ! Ce qui nous paye en fait, c’est le plaisir que l’on prend à bien faire notre ouvrage! »

Alors souhaitons à Madame Louise et à son mari Joseph une retraite en douceur bien méritée et des journées où ils pourront prendre le temps !