Sculpture : Neige et glace – Art éphémère et précaire

224
FJCOWRD, la vachoune de mer, un monstre marin laiteux est une vache algivore unique des abysses du Fjord du Saguenay. Sa crème fraîche salée est l’ingrédient secret pour fabriquer le meilleur fromage poétique au goût d’aurore boréale en Amérique du Nord (Texte de Fanny-Fay Tremblay-Girard)

Qui n’a pas construit des forts de neige ou creusé des tunnels durant son enfance ? Lorsque je sculpte la neige, c’est souvent ces souvenirs qui me reviennent. J’adore la neige, le froid et la lumière hivernale. Nous sommes nés dans la bonne région pour en profiter à fond et se compter chanceux d’avoir encore un hiver. Voici l’histoire d’un groupe d’amies jouant dans la neige pendant des heures interminables.

FJCOWRD, la vachoune de mer, un monstre marin laiteux.

La neige et la glace sont plus qu’un matériel de création. C’est un élément, de l’eau qui tombe sous forme de précipitations et dont l’état change selon la température. C’est fascinant et magnifique.

Mon nom est Joëlle, de Ferland-et-Boilleau et je sculpte la neige depuis une quinzaine d’années, à intervalle plus ou moins régulier et plus intensément depuis les 5 dernières années. Je sculpte avec tout un groupe d’artistes provenant de partout au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ces sculpteurs et sculpteures se sont démarqués au fil des ans à travers la province (l’hôtel de glace de Québec et le carnaval de Québec, entre autres.) et un peu partout dans le monde.

Joëlle Gagnon, Marie-Claude Paris-Tanguay et Fanny-Fay Tremblay-Girard.

Je reviens tout juste de Stillwater au Minnesota. Un endroit magnifique aux mille lacs et rivières où se tenait le World Snow Sculpting Championship. J’y étais avec deux partenaires artistes sculpteures de talent, Fanny-Fay Tremblay-Girard (originaire de Ferland-et-Boilleau et résidente de Sainte-Rose-du-Nord) et Marie-Claude Paris-Tanguay (originaire de Roberval et également résidente de Sainte-Rose-du-Nord)

Une aventure épique ! Nous sommes premièrement arrivées à destination avec 24 heures de retard, sans outils et sans vêtements d’hiver ! Grâce à la générosité des autres sculpteurs et des gens de l’organisation, on a tout de même pu commencer la compétition en même temps que les autres équipes venues de partout dans le monde.

Notre équipe, Les FjordWitches (les sorcières du fjord), a sculpté aux côtés des Atlanteens de France, de Teamuk du Royaume-Unis/pays de Galles et pays de l’ouest, de Mexicaine de Neige du Mexique, de Famille de l’Équateur, d’Izmit de la Turquie, de House of Thune du Minnesota, Colima du Mexique, Flozen de la Floride, de Dakota du Dakota du Nord, de Funland de la Finlande et de Taniwah des Territoires-du-Nord-Ouest.

La compétition se déroulait du mercredi au dimanche et les gagnants étaient déterminés par les autres artistes sculpteurs. Quelle surprise nous avons eu et quelle reconnaissance de nos pairs lors de la remise des prix ! Nous avons remporté la première place avec FJCOWRD : La Vachoune de mer, un monstre marin. En plus de la fierté de remporter un championnat du monde, il faut savoir que notre équipe était entièrement féminine ! Peut-être même une première pour une première place dans un championnat du monde, qui sait ?

L’équipe du Dakota du Nord a remporté la 3e place alors que l’équipe de la Turquie était en 2e position. Enfin l’équipe Colima du Mexique est repartie avec le prix du public. Toutes des équipes avec beaucoup de talent. La compétition était forte et les projets de qualité. Nous sommes fières d’avoir représenté nos villages, notre région et le Québec. Nous sommes aussi fières d’avoir représenté les autres femmes sculpteures d’ici !

J’aimerais en profiter pour souligner la pouponnière artistique de sculpteurs sur neige qu’est le Saguenay-Lac-Saint-Jean et particulièrement Saguenay en neige, anciennement Jonquière en neige. Jusqu’à maintenant, je n’ai jamais vu un événement d’une telle ampleur au niveau du nombre de sculptures réalisées au même endroit (des centaines…) par des professionnels, des amateurs avec du talent à revendre, des étudiants en arts du Cégep des élèves du secondaire et même des gens avec des « limitations » physiques. Une grande partie des sculpteurs d’ici qui maintenant rayonnent sont passés par Saguenay en neige.

Mes séjours à l’étranger m’ont démontré que le Québec, ainsi que la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, possède une grande expertise avec la neige et la glace et un grand nombre de sculpteurs de talents. On a grandi dedans, la neige pour nous c’est une deuxième nature ! Notre force, notre endurance au froid et notre créativité se démarquent. Soyons fières !

Métissé les liens : Une femme aînée tisse ici une paire de raquette de babiche, transmission d’un savoir ancien provenant du vieux et doux caribou.

Je tiens aussi à mentionner que lors du concours de sculptures sur neige de Saguenay en neige la fin de semaine du 1, 2 et 3 février, une autre équipe avec laquelle je travaille, Éric Tremblay de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean et Thomas Meloche originaire de Saint-Félicien et résident à Sainte-Rose-du-Nord, a remporté la troisième place et le prix du public avec l’œuvre Métissé les liens.

Les cuisines se métissent, les langues, les pratiques artistiques, les imaginaires, les cultures. Les sociétés naissent et vivent de rencontres et d’échanges. Le métissage porte d’autres façons d’être et d’apprendre le monde.

Merci pour la transmission, le savoir ancestral qui a permis d’apprivoiser ce territoire sacré.

Je vous invite à suivre ces artistes dans leur créations hivernales de neige et de glace. Pour ma part, je partirai bientôt pour Yellowknife, dans les Territoires-du-Nord-Ouest afin de travailler à la création du château de neige du SnowKing festival et de participer au concours de sculpture.

On se revoit au printemps !