Une forêt nourricière prend racine à Petit-Saguenay

418

Alors que la région a traversé une période climatique difficile, entre les pluies torrentielles et la vague de sécheresse au Nord, la communauté de Petit-Saguenay vient de planter une forêt nourricière pour inspirer un brin de résilience.

De plus en plus populaire dans les municipalités québécoises, la forêt nourricière est un système de culture basé sur l’implantation d’arbres, d’arbustes et de plantes herbacées vivaces et majoritairement comestibles. Sa conception vise à créer un écosystème durable, et son implantation nécessite un entretien surtout durant les deux premières années, jusqu’à ce qu’elle atteigne sa maturité. L’idée est de suivre le modèle de la forêt naturelle, mais en y semant des espèces comestibles. Ses bénéfices écologiques sont nombreux : elle peut restaurer les sols, préserver la biodiversité, stocker de l’eau de pluie, en plus de créer un lieu d’échanges et de rencontres. Les scientifiques la définissent comme une éponge, un parasol, un paravent, autant d’atouts pour lutter face aux dérèglements climatiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce projet a été présenté en 2022 au conseil municipal par le comité environnement de Petit-Saguenay, qui avait comme désir de sensibiliser la communauté à la sécurité alimentaire. En considérant l’augmentation du prix global des aliments et les enjeux liés à l’approvisionnement en contexte décentralisé, une source autonome et complémentaire de fruits est bienvenue.  Ainsi, la forêt nourricière encourage l’adoption de habitudes saines de vie par le biais d’une alimentation de produits biologiques et de l’activité physique. Préparer le terrain pour les plantations, mettre en terre les végétaux, désherber, tailler les arbres et récolter les fruits requiert des efforts physiques et incitera les enfants de l’école et les résidents des alentours à passer du temps en plein air.

Les 7 et 8 septembre derniers, une dizaine de bénévoles accompagnés de classes de l’école du Vallon ont participé à l’aménagement de ce projet. Ils ont été coordonnés par trois membres de l’organisme Eurêko ainsi que Théo Petitjean, chargé de projet à la municipalité. Des activités éducatives pourront être élaborées par le corps enseignant de l’école, entre autres, dans le cadre des projets passion. La forêt nourricière a l’ambition d’être un laboratoire vivant où les enfants pourront observer la nature et y faire des expériences de toutes sortes.

Nous souhaiterions remercier nos partenaires, la MRC du Fjord-du-Saguenay et l’ORH du Fjord, qui a autorisé la plantation de la forêt sur son terrain.