Vers la fin des sacs de plastique…

1176

De la bouteille de cosmétique jusqu’aux sacs d’emplettes, le plastique est partout dans nos vies depuis les années 1950. Bien que son utilisation quotidienne ait facilité nos vies, la consommation massive de plastique n’a malheureusement pas que des effets positifs, surtout sur l’environnement qui en subit les conséquences.

Depuis quelques années, des « continents de plastique » font leur apparition dans les océans. Le « septième continent », découvert en 1997 dans l’océan Pacifique, est le plus imposant avec ses 3,5 millions de km2, équivalant à 2,3 fois la superficie du Québec. Le forum économique mondial de Davos s’est même alarmé cette année, car si l’utilisation massive du plastique continue à ce rythme, les océans abriteront en 2050 plus de particules plastiques que de poissons.

C’est pour lutter contre cette pollution que plusieurs villes à travers le monde ont adopté des mesures pour interdire les sacs de plastique à usage unique. Les États s’y mettent aussi, comme la France qui les interdira sur tout son territoire en juillet prochain.

Au Québec, les entreprises peuvent tarifier les sacs de plastique de façon volontaire depuis 2008. Cette mesure a permis de diminuer leur utilisation de 60%, mais malgré ces efforts, les Québécois utilisent encore 1 milliard de sacs de plastique par année. C’est pour cette raison que les villes de Sainte-Martine et d’Huntington en Montérégie les ont bannis et que la ville de Montréal pourrait aussi instaurer un règlement en ce sens dès avril 2018.

La réduction à la source, en utilisant un sac réutilisable, est la meilleure solution pour contrer la pollution des sacs de plastique. La réutilisation comme sacs à déchets, lorsqu’ils ne sont pas percés, est aussi une bonne façon de diminuer leur incidence sur l’environnement. Par contre, la piètre qualité des sacs de plastique ne permet pas de faire le recyclage de façon optimale. De plus, à Saguenay, on ne recycle pas les plastiques souples. Il est donc inutile de les déposer dans le bac de recyclage.

Alors, plutôt que d’utiliser un sac de plastique à usage unique, faites comme bon nombre de Québécois et utilisez des sacs d’emplettes réutilisables. La planète et ses océans ne s’en porteront que mieux!