Vivre une école.

284
Luna Houde Gentes, 3e cycle

En cette année 2020, tous ceux qui lisent cet article ont déjà pris place au sein d’une classe, touché un tableau noir ou technologique. Ce qui laisse entrevoir que nous avons tous une vision bien particulière de ce qu’est l’école et de ce qu’elle devrait être. Autrefois sous la gouverne religieuse et maintenant sous le drapeau de la laïcité, l’école fait partie de nos vies. Un élément demeure, l’univers de l’éducation et de la pédagogie est un monde en mouvance. Pour s’y adapter, cela demande au personnel scolaire engagement, efforts et talent.

Les défis de l’école publique actuelle ne correspondent plus aux modèles d’il y a 10, 20 ou 50 ans. Cette réalité crée une remise en question quasi constante, une réflexion orientée vers les besoins des élèves tout en tentant de s’adapter aux réalités actuelles et futures. 

L’école telle que nous la nommons et la connaissons est beaucoup plus qu’une simple cloche qui sonne le début des cours. Elle est un incontournable. Pour certains, elle représente un passage obligé et pour d’autres, un lieu de socialisation signifiant. Nous avons tous nos histoires drôles, positives, tristes et parfois surprenantes, en lien avec notre vie scolaire. Certains gardent encore leurs vieux cahiers d’écolier avec les gommettes d’anges en papier. Une chose est certaine, l’école est un levier puissant de valorisation, de découvertes et de création de talents.

Depuis mon arrivée, je découvre des équipes innovantes, mettant tout en œuvre au service du public, de la réussite et surtout du développement culturel, social et humain des enfants. Tout au long de la route principale, les écoles forment un chapelet de savoirs et de découvertes. 

Que serait le Bas-Saguenay sans ses écoles? Que serait un village sans cette dernière ? Il est difficile de l’imaginer et pourtant. L’équilibre de nos écoles est compromis en raison de la démographie, de l’exode des familles et parfois de nos choix d’aller vivre nos défis scolaires dans d’autres établissements. Nous arrivons à un point tel que la présence de chaque enfant maintient la stabilité des groupes-classes. L’école primaire Marie-Médiatrice de Rivière-Éternité est frappée de plein fouet par cette réalité, tout comme celle de Du Vallon à Petit-Saguenay. Bien que le volet primaire à l’École Fréchette de L’Anse St-Jean connaisse un essor et une certaine stabilité, cela n’épargne pas le volet du secondaire, qui puise sa clientèle auprès des deux autres milieux.

Cette réalité nous pousse à unir nos forces pour créer des écoles innovantes et attractives. Bien que cela semble en apparence le rôle unique des pédagogues, cette mission est définitivement celle de chacun des citoyens du Bas-Saguenay.  Il faut cesser de se demander ce que les écoles peuvent faire pour nos villages.  Il faut se demander ce que nous pouvons faire pour nos écoles. Comment devenir des partenaires de réussite ?

Toutes les équipes scolaires sont actuellement en réflexion pédagogique pour bonifier l’offre de service dans les écoles. De grandes idées sont mises sur la table. Des projets d’envergure peuvent voir le jour et pour y arriver il faudra faire preuve de souplesse, d’ouverture et accepter que le modèle scolaire actuel puisse changer. 

Qu’est-ce qu’une école innovante et attractive ?  C’est une excellente question qui trouvera sa réponse auprès de vous. Nous avons entamé une grande consultation sur l’avenir de nos écoles. Votre opinion et vos idées sont importantes, n’hésitez pas à nous en faire part via cette adresse courriel : [email protected]