L’histoire des lutins…

414

Aujourd’hui, c’est le 24 décembre, veille de Noël. En cette belle journée qui commence, les lutins doivent avoir fini de fabriquer les jouets. Ils doivent être prêts avant neuf heures parce qu’à partir de là, le Père Noël commencera sa grande distribution des cadeaux.

Chaque enfant du monde entier attend avec impatience la venue de ce gros monsieur vêtu d’un magnifique habit rouge vif. Les lutins Pirouette et Trompette sont déjà en place dans l’atelier. Ils veulent que ce Noël soit mémorable. Ils vérifient chaque département : les poupées sont terminées, les trains et les camions aussi et sans oublier les oursons de peluche bien placés dans leur boîte aux couleurs de l’arc-en-ciel.

Après une courte nuit, on entend par l’interphone la voix de Mère Noël précisant que c’est l’heure de se lever. Chaque lutin fait son brin de toilette et court vite pour arriver le premier à la salle à manger… ces petits coquins essaient toujours d’arriver plus vite pour embrasser la Mère Noël.

Le grand manoir de Noël est toujours rempli de joie et de générosité. Même si souvent ces petits êtres au sourire diabolique font peur, en dedans d’eux, ils sont des plus gentils, surtout en cette veille de Noël ! Mais ce qui excite le plus les lutins, c’est bien le Père Noël : chaque année, il choisit ceux qui ont le mieux travaillé et les amène avec lui pour faire la distribution des cadeaux.

– Bonjour mes petits lutins, êtes-vous prêts pour le grand soir ? demande la Mère Noël.

– Oui, je crois bien que nous sommes prêts Mère Noël ! répond Samy, le lutin malin.

– Pour commencer, nous devrons prendre un bon déjeuner pour réussir cette journée chargée ! répond le Père Noël.

– Sacré Père Noël, toujours aussi gourmand ! Même le jour le plus stressant de l’année, tu trouves toujours l’appétit ! lui répond fièrement la Mère Noël.

Pendant le reste de la journée, les lutins terminent leurs tâches : finir les jouets, préparer les rennes et finalement, effectuer les derniers ajustements sur le traîneau. Tous les rennes ont maintenant mangé et sont prêts à faire la grande tournée… après tout, c’est le seul jour où ils peuvent sortir! La poche est dans le traîneau et les rennes sont bien attelés, il ne manque plus que le Père Noël. Le voilà enfin! Vêtu de son plus bel habit, prêt à faire sa grande tournée inoubliable.

Chaque lutin est présent sur la piste d’atterrissage.

– Bon voilà ce grand jour que nous attendions tous mes très chers amis !  Aujourd’hui, notre travail est presque terminé. Je suis très fier de vous tous parce que, tout au long de l’année, vous avez su travailler d’arrache-pied pour que chaque enfant de la Terre reçoive ses cadeaux tant désirés. C’est pourquoi je vais amener avec moi les deux lutins qui se sont démarqués par leur travail ou leur esprit d’équipe.

Et ces deux lutins sont… Pirouette pour la confection des peluches et Trompette pour les bons soins apportés aux rennes. Ces deux lutins ont mérité de m’accompagner parce qu’ils ont su faire un boulot digne de mention ! s’exclame le Père Noël tout enjoué.

Alors tout excités, le Père Noël, Pirouette et Trompette embarquent dans le traîneau. Accompagnés d’applaudissements et de cris chaleureux, ils s’envolent pour finalement disparaître, laissant derrière eux une belle étoile scintillante.

Cette année-là, le Père Noël termina, comme d’habitude, sa distribution chez une enfant nommée Diana qui habitait en Australie. Mais, ce faisant, le Père Noël ne remarqua pas que Pirouette était sorti du traîneau.

Arrivé au Pôle Nord, Trompette annonça au Père Noël la mystérieuse disparition de Pirouette. Inquiet, le Père Noël avertit la Mère Noël, celle-ci lui expliqua qu’elle ne l’avait pas vu revenir avec lui le soir du 25 décembre. C’est alors qu’ils découvrent que Pirouette était resté chez la petite Diana.

Après quelques temps, ils reçurent une lettre : je n’aurais pas eu de plus belles vacances, je suis en sécurité sous un bon toit chaleureux. Ça ressemble beaucoup au Pôle Nord, mais il y fait beaucoup plus chaud et il n’y a pas d’ours polaires. À la place, il y a des KANGOUROUS. J’aime beaucoup ma nouvelle vie. Pirouette.

C’est depuis cet événement accidentel que nous retrouvons des lutins dans les maisons des enfants pour les faire patienter avant l’arrivée de cette fête magique…