Une agente de milieu qui tisse des liens entre les générations

953
Une belle assemblée est venue participer à la première fête des grands-mères de Rivière-Éternité.

Depuis le début de l’année 2016, Gabrielle Desrosiers travaille comme agente de milieu auprès des aînés du Bas-Saguenay. En septembre, elle s’est vue attribuer un nouveau mandat auprès des 0-5 ans, qui complète son poste d’une dizaine d’heures par semaine. Elle est donc désormais une vraie agente intergénérationnelle !

Ce changement a-t-il affecté son mandat et sa façon de travailler ? « C’est sûr que de travailler auprès des aînés et de penser et agir pour les 0-5 ans avec Enfants-Fjord, ça fait qu’on garde toujours une porte ouverte. Dans les activités parents-enfants, les grands-parents sont également invités à participer », explique Gabrielle Desrosiers.

Avec son travail d’intervenante de milieu, Gabrielle Desrosiers partage sa connaissance des ressources communautaires et fait de nombreuses références auprès des aînés. En s’impliquant depuis septembre dernier avec les 0-5 ans, le spectre de ses actions s’élargit. Cela lui permet d’organiser des activités avec les tout-petits, les parents et les grands-parents, en collaboration avec des organismes partenaires d’Enfants-Fjord. Une première activité intergénérationnelle de décoration de citrouilles a ainsi été organisée à Saint-Félix-d’Otis où la Maison des Familles de La Baie est venu donner un cours de cuisine.

Gabrielle Desrosiers et Sandra Noël d’École-Communauté collaborent sur des projets intergénérationnels.

La fête des grands-mères de Rivière-Éternité est un autre bel exemple de ce genre de partenariat. En collaboration cette fois avec Sandra Noël du comité École-Communauté, cette activité avec les élèves de l’école Marie-Médiatrice avait souligné l’importance qu’ont les grands-parents dans la municipalité. Cette belle initiative devrait se propager dans les autres municipalités du Bas-Saguenay.

On peut bien sûr se demander si de telles initiatives sont vraiment nécessaires dans les milieux ruraux où les liens familiaux sont encore tissés serrés. « Au Bas-Saguenay, on voit de jeunes familles s’installer alors que des jeunes d’ici vont s’établir ailleurs, donc oui, les activités intergénérationnelles permettent de bâtir des ponts, les aînés apprivoisent ainsi le nouveau visage de leur village et les nouveaux arrivants, souvent loin de leur noyau familial, font connaissance avec des grands-parents d’ici qui ont toujours beaucoup d’amour à donner », souligne Gabrielle Desrosiers.

« C’est une richesse pour les familles qui viennent s’établir ici d’avoir un contact avec les aînés, parce qu’il y a quand même un folklore particulier au Bas-Saguenay, une manière de faire les choses, une cuisine, un tempérament, des astuces », poursuit celle dont la mission reste avant tout de savoir s’adapter aux besoins de la communauté. Au-delà des liens créés entre les générations, son travail l’amène à définir comment certaines nécessités se rejoignent. Ainsi des ateliers sur les droits en santé seront offerts à tous cet hiver au Bas-Saguenay. Car si les aînés vont souvent chez le médecin, les jeunes familles aussi !

« Dès que je vois un nouveau service qui se met en place, je pense plus large, comme pour Moisson Saguenay. Effectivement il y avait un besoin au niveau des aînés, les pensions de vieillesse n’augmentent pas, ne suivent pas l’inflation, mais du côté des salaires des jeunes familles, c’est pareil ! »  souligne celle qui travaille également à créer des liens entre les comités familles des municipalités du Bas-Saguenay.

En partageant les bons coups, les différents comités ou organismes communautaires gagnent en expertise. Ainsi quand l’APRS travaillait à mettre en place le service de Moisson Saguenay, Gabrielle Desrosiers est allée chercher des outils auprès des Bénévoles de Saint-Félix qui offrent ce service depuis de nombreuses années. Quand les organismes du milieu travaillent ensemble, c’est la qualité de vie de la population du Bas-Saguenay au complet qui est améliorée.