Ah! Comme la neige a neigé !

1879
Crédit photo : Cécile Hauchecorne

Elle peut nous ensevelir comme elle peut nous surélever. Elle peut nous encabaner, comme elle peut nous permettre d’explorer. Elle peut aussi ralentir nos déplacements mais peut les accélérer grandement. Elle nous refroidit au toucher, les Inuits s’en servent pourtant pour se garder au chaud. Elle encombre souvent nos chemins mais elle nous permet d’en créer des nouveaux. Elle permet aux proies de se cacher, comme elle permet aux prédateurs de les pister.  Enfin, si elle en fait rager plus d’un, elle émerveille ceux et celles qui savent en profiter.

Scientifiquement parlant, la neige est la forme cristallisée de la vapeur d’eau précipitée. Grande phrase pour dire : de la pluie qui se change en flocons parce qu’il fait «frette». On entend souvent que l’eau a permis à la vie de naître. Elle lui a probablement aussi permis de survivre à travers les changements climatiques de la terre. Lorsqu’on la compare aux autres éléments, l’eau varie très peu en température. C’est un accumulateur d’énergie très efficace. Ceux qui chauffent leur maison à l’eau le savent bien. En plus, contrairement aux autres matières en ce monde, l’eau est plus légère à l’état solide que liquide, ce qui permet à la glace de flotter sur les eaux. Ajoutons à cela la grosse mousse blanche isolante qui vient couvrir les sols et les glaces; voilà qui aide la vie à se débrouiller dans un climat comme le nôtre.

Ah!  La neige, cette belle robe blanche qui peut être si menaçante et si douce à la fois. Elle a toujours fait partie intégrante des cultures nordiques comme la nôtre. Certaines lui ont attribué plusieurs noms suivant sa texture ou son utilité.  Chez les québécois entre autres, on peut entendre : de la neige fondante, ventée, poudreuse, compacte, gros sel, croutée….ou à bonhomme. La préférée des enfants est sans doute celle qui fait fermer les écoles. Certains de nos grands-parents en conservaient dans leur caveau pour qu’il reste frais durant tout l’été.  La neige est aussi le nid où prend naissance un aliment très prisé : la tire d’érable. Mais qu’est ce qui nous a sûrement le plus inspiré chez la neige et la glace ? N’est-ce pas leur merveilleux potentiel de glisse ?

Que l’on soit bûcheron ou sportif, pêcheur ou artiste, le dieu des flocons installera sa loi, qu’on le veuille ou non. Il n’en tient qu’à toi de t’adapter ou pas.  Sur ces mots, je quitte l’ordinateur pour aller jouer dehors.

Bon hiver !