Bref historique de la raquette, de la préhistoire au XXIè siècle.

924
La raquette est une activité peu onéreuse qui permet à tous les membres d’une famille, quel que soit l’âge ou la forme physique, de renouer avec la nature et de se libérer l’esprit tout en s’aérant les poumons durant les longs mois d’hiver.

Dès la préhistoire, l’homme ayant un besoin vital de se déplacer afin de se nourrir, se vêtir etc, dû trouver un moyen pour marcher dans la neige épaisse sans trop s’enfoncer. N’avez-vous jamais, pour traverser une zone humide ou un ruisseau, marché sur des branches d’aulne ou autres, afin d’éviter de trop vous mouiller les pieds ?

À l’instar de cette réflexion, l’homme décide dès lors d’utiliser des branches de sapin, ce qui lui permettra d’élargir la surface portante de ses pas et ainsi de mieux «flotter».

Plus tard, les premiers explorateurs n’hésitèrent pas longtemps à chausser cet outil merveilleux que les amérindiens avaient amélioré avec les années. Les raquettes étaient alors constituées d’un cadre et de deux traverses de bois (pin ou frêne) afin de solidifier ce dernier, puis d’un treillis fait de lanières de peau, de nerfs ou de rameaux, pour créer une surface portante évacuant la neige.

Différentes formes de raquettes étaient utilisées en fonction des peuples et surtout de la topographie, de la densité du couvert forestier et de la qualité de la neige (plus tapée dans les plaines, par exemple).

Et si les raquettes sont encore de nos jours utilisées par les travailleurs forestiers, les acériculteurs, les trappeurs et chasseurs, ainsi que par l’armée, l’engouement pour ce moyen de transport devient également un loisir en continuelle progression depuis ces dernières années.

Toute une panoplie de matériaux, de formes et de gadgets sont maintenant proposés à une clientèle de plus en plus variée.

Aussi, si vous devez vous procurer une paire de raquettes, prenez bien le temps d’étudier pour quel genre d’activité vous les utiliserez.

Si vous marchez sur des sentiers le plus souvent tapés, vous pourrez y aller avec des raquettes plus courtes et moins larges. Au contraire, si la neige folle et le hors-piste vous amusent, des modèles plus longs et plus larges seront de convenance.

Il est également important de vérifier la résistance par rapport à votre poids, sans oublier, pour les amateurs de longues randonnées, qu’un sac à dos augmentera la charge.

Bref, n’hésitez pas à demander conseil à des professionnels afin d’apprécier vos randonnées, car des raquettes trop petites ou trop grandes pourraient vous rendre la tâche plus difficile. Or, la raquette, c’est avant tout devenu un loisir.

Le marché actuel est arrosé de tout un éventail de qualité. Encouragez donc les fabricants québécois dont les modèles sont adaptés à nos différents terrains et sont, en règle générale, plus robustes.

La raquette est une activité peu onéreuse qui permet à tous les membres d’une famille, quel que soit l’âge ou la forme physique, de renouer avec la nature et de se libérer l’esprit tout en s’aérant les poumons durant les longs mois d’hiver.

Pour ce faire, plusieurs endroits dans la région permettent de pratiquer ce loisir, que ce soit au Mont-Édouard, sur le sentier des Murailles, à Plein Air de l’Anse (service de guide), sur le nouveau sentier entre Rivière-Éternité et Saint-Félix-d’Otis ou sur les terres de la couronne.

Il est important de ne pas surestimer votre forme physique en prévoyant un itinéraire et du matériel nécessaire (de l’eau, des barres énergétiques, des allumettes, des pansements…) afin de pratiquer en toute sécurité cet extraordinaire loisir.

Pour finir, n’ayez pas peur du facteur éolien que la météo aime à nous annoncer pour gonfler le chiffre des températures : habillez-vous comme du monde et profitez donc du bel hiver!