Un investissement de 2.4 millions de dollars au Mont-Édouard.

3194

Au cours de l’été 2018, le Mont-Édouard réalisera une première phase en investissant un montant de 1 million de dollars pour compléter l’aménagement de la piste homologuée super G. Un nouveau système d’enneigement, avec des perches alimentées par un mélange d’air et d’eau, permettra d’enneiger une section de la piste à partir du début d’octobre. Le Mont-Édouard pourrait donc être la première station au Québec à ouvrir aussi tôt à l’automne.

Le centre de ski pourra ainsi louer des plateaux d’entrainement à des équipes de compétition en provenance du Québec, de l’Ontario et des États-Unis, et ce dès la fin d’octobre ou le début de novembre. Ces équipes avaient l’habitude d’aller s’entrainer dans l’Ouest canadien ou au Chili. Le Mont-Édouard peut se permettre de débuter l’enneigement beaucoup plus tôt puisque c’est une station majeure – elle offre le quatrième plus haut dénivelé au Québec – située le plus au nord.

Pour le ski haute route, dont l’achalandage a augmenté de façon exponentielle depuis 2015, il est prévu d’aménager un quatrième sommet, au mont Laure Gaudreault. Avec un dénivelé de 408 mètres, il deviendra ainsi un des sommets les plus importants du Québec dans cette discipline. Un troisième refuge sera construit afin de répondre à la demande grandissante des skieurs qui veulent séjourner en montagne pendant deux ou plusieurs jours. Les deux refuges déjà existants ont été occupés à plus de 80% durant tout l’hiver dernier.

Du côté du ski de fond, le secteur sera aussi consolidé avec l’aménagement de 2 kilomètres supplémentaires de sentiers, en direction de la ZEC de L’Anse-Saint-Jean. Ce nouvel ajout permettra à des skieurs de toutes les catégories de s’adonner à leur sport favori, avec des sentiers qui totaliseront 12 kilomètres. Ce nouveau développement, qui prévoit l’ajout de 4 autres kilomètres dès l’été 2019, permettra d’organiser des compétitions nationales de ski de fond durant l’hiver 2020.

Finalement, le Mont-Édouard lorgne vers le développement de sentiers pour le Fat bike sur une distance d’environ 15 kilomètres, sport d’hiver de plus en plus populaire au Québec et au Mont-Édouard.