Que fait l’école du Vallon pour l’environnement ?

423
crédit photo : Cécile Hauchecorne

L’environnement est très important pour notre école. Dans la vie de tous les jours, chaque petit geste que nous posons compte. Nous sommes conscients que c’est un enjeu majeur dans notre société. Par exemple, nous recyclons les piles usées dans le cadre d’un concours organisé par les « Établissements verts Brundtland ».

Nous sommes présentement en troisième position à travers le Québec. C’est pourquoi nous sollicitons notre communauté dans notre démarche. En effet, nous avons placé des boîtes pour piles usées dans certains endroits stratégiques du village. Voici les établissements qui nous appuient : La Coop de Consommation de Petit-Saguenay, le garage Éric Lavoie et les bureaux de la municipalité. Nous encourageons tout le monde à nous aider.

Aussi, nous avons commencé la germination en projet Passions. Nous faisons germer des graines, faisons pousser des plantes et nous parlons de l’impact de l’homme sur la planète. Ce volet nous a fait comprendre à quel point il faut faire attention à nos ressources. Aussi, les humains sont la plus grande source de pollution car ils sont de très grands consommateurs. Nous devrions acheter le plus possible des produits locaux parce que le transport des aliments et des autres produits pollue énormément la planète.

En plus de cela, on recycle le papier et le plastique. Les plus jeunes réutilisent certains contenants de plastique pour réaliser des bricolages. Dernièrement, ils ont même construit des robots! Nous pensons qu’il est important de conserver cette habitude afin de réduire notre production de déchets. Par exemple, nous savons que plusieurs ordures se retrouvent dans les océans. Les courants marins du Pacifique ont d’ailleurs formé une île de plastique qui est aussi appelée « le septième continent ». Cette île fait environ deux fois la taille de l’état du Texas. Chaque année, des tonnes de déchets de plastique sont jetées et puisque ceux-ci ne se biodégradent pas, plusieurs animaux en mangent et ils peuvent même en mourir. Cette conséquence sur l’environnement nous encourage à faire attention à notre planète Terre.

Océanne Lavoie, Nathan Tremblay, Nora Bergeron et Cyana Lussier (6e année)