Traverser le Lac St-Jean en hiver pour une bonne cause !

430

Le lac St-Jean, vaste étendue d’eau de 1000 km2, est le théâtre chaque été d’une traversée par de vaillants nageurs professionnels. Ce même lac se transforme l’hiver en un vaste désert blanc où règnent souvent un froid intense et des vents violents. À l’instar de ces nageurs de longue distance, tout comme une centaine de braves aventuriers, je me suis mis au défi d’effectuer sur la glace et la neige, cette mythique traversée de 31 km, afin de recueillir des fonds pour la fondation Sur-la-pointe-des-pieds.

Basée au Saguenay depuis 1996, cette fondation organise des expéditions d’aventures thérapeutiques pour des adolescents atteints par le cancer. Celles-ci ont pour objectif d’aider pareils jeunes à retrouver leur bien-être en relevant le défi d’une aventure exceptionnelle. Par le biais du dépassement, ces expéditions visent à reconstruire la force morale ainsi que redonner espoir en la vie pour ces jeunes en rémission ou en fin de traitement. Si le volet physiologique du cancer est traité en milieu hospitalier, le traitement du volet psycho-social bénéficie grandement de cette approche novatrice enseignée au programme de plein air de l’UQAC. Grâce aux différentes activités de levée de fonds de la Fondation, ce sont plus de 500 jeunes atteints du cancer qui ont eu l’occasion de participer à des expéditions de canoë, kayak, randonnée, traîneau à chien, raquettes.

Une 10ème édition pour le Double défi des deux Mario

Intitulé « le Double défi des deux Mario », en l’honneur des 2 investigateurs de cette activité caritative – Mario Bilodeau et Mario Cantin – cette traversée hivernale du Lac St-Jean en est à sa 10ème édition. Cette expérience s’avère être un défi physique mais surtout un défi d’intériorisation, tel que vivent les jeunes lorsqu’ils partent en expédition avec la fondation Sur-la-pointe-des-pieds. Le but accessoire de cette activité de levée de fonds est de permettre aux participants de vivre une expérience de plein air unique, réservée à ceux et celles prêts à se dépasser et à repousser leurs peurs lors d’une traversée en autonomie complète avec deux nuitées sous la tente, au milieu du lac. Les gens qui prennent part au Double défi pensent s’inscrire à une levée de fonds prenant la forme d’une excursion à ski ou en raquettes. Au fil d’arrivée, ils réalisent qu’ils viennent de vivre l’une des expériences les plus grandioses de leur vie.

Chaque participant au Double défi des deux Mario doit récolter 1250 $ en plus de payer les frais inhérents à l’organisation de cette traversée hivernale. Suite à mes efforts soutenus et grâce à la générosité de mes amis, mes collègues de l’UQAC et surtout avec l’appui de nombreux résidents et commerçants du Bas-Saguenay que je remercie chaleureusement, c’est une somme d’un peu plus de 2000 $ que j’ai pu amasser. J’étais fébrile et enthousiaste à l’idée de faire partie du groupe 2 dont la traversée s’effectuait du 9 au 11 février 2018. Malheureusement pour moi, juste avant le départ, la grippe influenza me rendit inapte à y participer. Par contre, j’aurai la chance de me joindre à un 3ème groupe planifié pour la fin février.

Des résidents de L’Anse-Saint-Jean au Défi

Les deux Mario entourant Jessica Bourbonnière, Maxime D’Amour et Daniel Capistran, tous trois de L’Anse-Saint-Jean.

Dans cette édition 2018 du Double Défi, il y avait la présence de trois concitoyens, que j’ai pu interviewer à leur retour. À titre de participante, Jessica Bourbonnière, étudiante en plein air et résidente de L’Anse-Saint-Jean a eu l’occasion de vivre pour la première fois cette traversée. Ce fut à son avis une expérience mémorable, qu’elle compare à un rite de passage entre le départ et l’arrivée. Elle a particulièrement aimé la qualité des contacts humains qu’elle a pu vivre à travers ce défi. À ses dires, l’entraide et le support sont présents tout au long du parcours, l’ambiance est extraordinaire et le tout se déroule dans le plaisir, même s’il faut combattre le froid et pour certains, le manque de sommeil. Jessica a également trouvé fort inspirant les deux Mario qui par le partage de leur vécu comme bénévoles auprès de la Fondation, amènent tous et chacun à donner un sens à l’expérience de cette traversée effectuée pour des jeunes atteints du cancer.

La réussite de cette activité repose sur un bataillon d’une vingtaine de bénévoles et de contractuels. Parmi eux, deux valeureux Anjeannois. D’abord Maxime D’Amour qui en était à sa quatrième traversée mais qui jouait cette fois-ci un rôle d’une grande importance à titre de responsable de la logistique pour l’expédition. Il a accompagné les deux groupes pendant 6 jours, sans compter les nombreuses heures de travail en amont et en aval. Veiller à ce que tout se passe bien pour l’ensemble des participants nécessite des habiletés indéniables de planification, d’organisation et de gestion. Maxime a adoré son expérience, d’autant plus qu’il partageait la responsabilité de l’évènement avec son bon ami Yan Goyette qui, lui, assumait le rôle de chef d’expédition.

Pour sa part, Daniel Capistran était responsable de la cuisine. Imaginez l’ampleur du défi : préparer et servir des repas chauds pour une soixantaine de personnes au beau milieu d’un lac gelé et ce, durant les 6 jours que duraient les deux traversées ! Pour ce cuisinier en chef, les journées débutaient avant tout le monde, et se terminaient très tard, puisqu’il fallait fournir de l’eau chaude à tous, juste avant le coucher. Un travail colossal que Daniel a su accomplir avec sa jovialité et son « chouennage » légendaires!

Si ce récit vous a inspiré et vous avez le goût de tenter l’aventure, je vous invite à y prendre part l’hiver prochain. L’inscription démarre dès l’automne. L’organisation offre un excellent encadrement et tout le support requis pour les préparatifs ainsi que pour la collecte de fonds. Malgré le froid, c’est une expérience humaine des plus chaleureuses à vivre !