Les 6 « P » du bridge

4470

Lorsque vient le temps de se choisir une distraction pour occuper ses moments de loisirs, certains optent pour une solution facile, peu dispendieuse et à la portée de tous, la télé… d’autres choisissent une aventure plus difficile mais ô combien passionnante qu’est le bridge.

Ils ont peut-être eu une petite initiation à l’adolescence lorsque leurs parents se cherchaient un quatrième pour passer un dimanche après-midi sympathique, car le bridge se joue à quatre. Deux Partenaires affrontent deux autres joueurs et les points s’accumulent vers la victoire de l’une des deux équipes.

Si à la fin de l’après-midi, notre adolescent aima ce jeu et ses défis, il y reviendra à un moment ou à un autre de sa vie car le bridge peut nous rendre « addict ». Lorsque la vie laissera des moments de liberté à notre ado, un Professeur pourra lui fournir des bases indispensables pour savoir combien les cartes de sa main peuvent valoir et quel contrat il peut réussir à faire en collaboration avec son partenaire.

Les honneurs dans ce jeu ont chacun une valeur différente : l’as vaut 4 points, le roi 3, la dame 2, le valet 1 et toutes les cartes excédant 4 cartes d’une même couleur valent 1 point. Si le pointage total de sa main égale 13 points et plus, notre ado peut ouvrir et déclarer dans quelle sorte il désire jouer son contrat et jusqu’à quelle hauteur il souhaite se rendre.

Par exemple, s’il croit pouvoir réaliser 8 Plis, il déclarera 2 piques ou 2 cœurs ou autre, car les 6 premières levées sont la base pour réussir son contrat. Si son partenaire a plusieurs Points ou une longue, il lui répond dans cette couleur et la dernière enchère détermine le nombre de levées à réaliser pour l’équipe.

L’entame, soit la première carte déposée sur la table par les adversaires, est très importante dans la réalisation du contrat car cette carte renferme beaucoup d’informations pour le clan adverse, comme dans quelle couleur revenir pour faire chuter l’équipe qui a pris le contrat.

Au bridge, il n’y a pas de quartier… pas question d’être gentil avec les adversaires et leur laisser faire leur gageure. D’ailleurs, lors d’un après-midi de bridge duplicata, il faut voir comment tous ces joueurs sont sérieux. Ils étudient leur main, cherchent le moyen de maximiser et de faire ou de défaire le contrat en cours. Le pointage de la fin de l’après-midi en dépend. Seront-ils la dernière équipe ou la première…

En fait, le bridge duplicata est une comparaison entre toutes les équipes qui ont joué une même main dans l’après-midi. Les 52 cartes sont brassées et insérées dans des Planchettes (petites plaques où quatre trous permettent d’insérer les 13 cartes de chacun des joueurs) et sont jouées par toutes les équipes les unes après les autres. Le Pointage est compilé et peut être comparé à la fin de la séance.

Faut voir la fierté des gagnants et la mine piteuse des perdants lorsqu’ils quittent la salle pour comprendre l’importance du bridge dans leur vie.

En définitive, le bridge peut devenir une véritable Passion pour les personnes qui ont du temps à y consacrer… C’est une addiction salutaire car elle permet à la mémoire de rester vigilante, au cerveau de travailler et à l’amitié profonde de s’installer entre partenaires. Ce n’est par un  jeu conjugué au féminin ou au masculin car dans une salle de 50 personnes, les femmes et les hommes sont pratiquement en nombre égal mais les chevelures qu’on y voit sont surtout poivre et sel.

Souhaitons que notre ado persistera et qu’il entraînera d’autres jeunes à apprendre le bridge, si l’on ne veut pas que cette passion s’éteigne.