Un expert en management rejoint l’équipe du Mont-Édouard.

3081
Louis Gagnon, nouveau membre de l’équipe de direction du Mont-Édouard depuis cet automne, aime les défis.

Louis Gagnon, nouveau membre de l’équipe de direction du Mont-Édouard depuis cet automne, aime les défis. Une chance parce qu’avec son poste aux nombreux mandats, il n’en manque pas ! Les journées passent en effet très vite pour celui qui doit consolider l’école de ski qui appartient désormais à la montagne, gérer les sentiers de ski de fond et de raquettes, développer le mandat de la nouvelle piste homologuée et enfin administrer le secteur haute-route en pleine effervescence avec ses 100 % d’augmentation au niveau de sa clientèle.

« La beauté de la chose, c’est l’organisation, savoir créer de l’employabilité … C’est sûr que c’est un peu la folie, gérer tout ce beau monde-là, gérer cette croissance, beaucoup de nouveaux, mais justement ce matin, on a une réunion au niveau du développement, de la dynamique de groupe et des stratégies organisationnelles, confie Louis Gagnon. »

La piste de compétition n’est pas encore homologuée mais il y a déjà sept camps d’entrainements qui ont pu l’utiliser cette année, dont l’équipe du Québec venue deux fois et qui veut revenir pour une 3e séance d’entrainement. « Le niveau technique propose un excellent défi aux skieurs et avec l’équipe du Québec, on travaille beaucoup en collaboration, dans un processus d’amélioration continue, précise Louis Gagnon. Cela nous donne de la crédibilité, c’est évident et comme ils sont très satisfaits, on peut dire qu’ils s’occupent par la même occasion de notre promotion! »

La piste de compétition n’est pas encore homologuée mais il y a déjà sept camps entrainement qui ont pu l’utiliser cette année, dont l’équipe du Québec.

Au moment d’écrire ces lignes, début février, il y avait déjà eu 1200 visiteurs pour le secteur haute-route alors que l’ensemble de la saison dernière en avait accueilli 1400. Au Mont-Édouard, on vise pour cette année 2500 adeptes de ce nouveau sport qui connait toujours un fort achalandage en février et mars. Les nouveaux développements autour du mont Laure Gaudreault connaissent un grand succès. Louis Gagnon commente : « On est allés chercher des financements, notamment 8 000 $ à la MRC du Fjord-du-Saguenay, pour pouvoir agrandir considérablement le territoire. Ça se parle dans le monde du haute-route et on peut l’observer cette année, le Mont-Édouard est en train de se faire une belle place avec 80 % de sa clientèle qui vient de l’extérieur ! »

Ce qui est particulier à la station du Mont-Édouard, ce sont les autorisations gouvernementales qui permettent de défricher des bandes skiables. Les skieurs ne se retrouvent donc pas uniquement dans des sous-bois et ils se déplacent aussi entre les secteurs, (vallée des géants, Sacré-Cœur et secteur de la Grive) d’où l’appellation haute-route. Il y a actuellement deux refuges mais les projets à plus longs termes en comptent 6, ce qui permettrait de faire une belle boucle sur ce merveilleux territoire.

Les skieurs ne se retrouvent donc pas uniquement dans des sous-bois et ils se déplacent aussi entre les secteurs, (vallée des géants, Sacré-Cœur et secteur de la Grive).

Un client du haute-route paiera 25 $, ce qui lui donnera accès au territoire par la remontée A. Actuellement, 7 personnes y travaillent et les guides font aussi de la patrouille pour rendre le territoire sécuritaire. Ils s’occupent également des refuges qui, pour cette saison, ont déjà 65 jours de réservés. « On offre également le service de transport de bagages et de nourriture, un service à la carte au niveau des refuges : les gens me demandent ce dont ils ont besoin et je regarde ce que je suis capable d’accomplir, poursuit Louis Gagnon. »

Ce nouveau poste dans l’équipe de direction du Mont-Édouard comprend donc plusieurs responsabilités et une cinquantaine d’employés à charge. Louis tient à souligner : « C’est de la gestion certes, mais avec une équipe expérimentée comme celle du Mont-Édouard, motivée et compétente, cela se passe très bien. » L’école de ski représente à elle seule pas moins de 33 moniteurs. Début février on comptait aussi 30 % d’augmentation de la clientèle pour l’ensemble du centre de ski. Le marketing porte ses fruits mais le haute-route amène également des clients pour la station puisque les adeptes arrivent souvent en famille.

Mi-janvier, il y a eu une course provinciale de ski de fond sur le nouveau parcours de 10 km.

Mi-janvier, il y a eu une course provinciale de ski de fond sur le nouveau parcours de 10 km. Louis Gagnon a en effet rajouté une boucle de 4 km avec des dénivelés, ce qui manquait à l’ancien parcours pour pouvoir offrir un challenge intéressant aux coureurs. La course a accueilli plus de soixante participants et de très bons commentaires. Le directeur général des épreuves de Coupe Québec a signifié que l’année prochaine, ce serait la course au complet qui se déroulerait au Mont-Édouard et non seulement une tranche, ce qui signifie environ 300 coureurs.

Le facteur neige est certainement à prendre en considération quand on pense à l’augmentation de la clientèle, mais il ne faut pas oublier la qualité de l’accueil et la sécurité du territoire, tous deux très appréciés dans les commentaires reçus. Un traineau d’évacuation est présent sur chacune des montagnes du secteur haute-route, un plan d’évacuation est déjà déterminé et toute la logistique qui se fait à partir de la base est bien en place.

« C’est sûr que des projets j’en ai plein mais la priorité actuellement, c’est avant tout de gérer notre forte croissance … et c’est un beau défi ! » conclut Louis Gagnon qui court vers une autre journée remplie de surprises et de défis.