Le cœur du village de Petit-Saguenay se refait une beauté : plus de 225 000 $ d’investissements privés

1304

Depuis plusieurs années, des investissements au cœur du village de Petit-Saguenay transforment ce secteur névralgique de la municipalité. L’aménagement de la promenade en bois, la construction d’un nouvel immeuble pour accueillir la Coop de consommation, la plantation d’un verger multi-fruit derrière le Café Bistro Léz’Arts et l’ouverture du casse-croute Le Petit Creux ont tous contribué à rendre ce secteur dynamique. Plusieurs entreprises ont poursuivi sur cette lancée et réalisé des investissements cette année qui revitalisent encore davantage le secteur.

Yves Houde retape le garage familial

L’automne dernier, le garage d’Yves Houde Excavation et Terrassement a été complètement revampé grâce à des investissements de plus de 40 000 $. Toutes les interventions ont visé à améliorer l’efficacité énergétique du bâtiment. Elles ont consisté à remplacer les portes et fenêtres, à isoler les combles et les murs extérieurs et à remplacer les portes de garage. Grâce à ces travaux, les frais de chauffage ont été réduits de moitié l’hiver dernier.

Le propriétaire en a également profité pour remplacer le revêtement extérieur, ce qui donne un air de jeunesse au bâtiment, construit en 1959 par son père Martin Houde, qui y a opéré un garage de mécanique générale pendant quelques décennies. Yves Houde est très content du résultat final : « C’est l’entrée du village ! Avec mon garage et les Ateliers Bois de Fer juste à côté, c’est rendu pas mal beau. »

Les Ateliers Bois de Fer s’implantent en plein cœur du village

Les Ateliers Bois de Fer ont aussi procédé à des investissements importants pour rénover l’ancien bâtiment de la Coop de consommation, qu’ils ont acquis l’an dernier. Les travaux visaient également à améliorer l’efficacité énergétique de l’immeuble : changement des portes et fenêtres, isolation complète. Un nouveau toit a aussi été construit, le revêtement extérieur a été remplacé par de la planche de bois et tout l’intérieur a été réaménagé pour y implanter des ateliers, une chambre à peinture, un entrepôt et une salle de montre de 800 pieds carrés.

Depuis son démarrage il y a 3 ans, la petite entreprise a connu une belle croissance, de sorte qu’elle emploie aujourd’hui 3 personnes, et a diversifié son panier de produits. Si sa grande spécialité demeure les tables de cuisine qui allient bois massif et fer forgé, elle propose aussi divers produits sur mesure allant des comptoirs aux escaliers avec rampe en fer forgé.

Au moment d’écrire ces lignes, les travaux étaient encore en cours. Les promoteurs s’attendent à ce que l’investissement final dépasse les 100 000 $. L’objectif est de pouvoir ouvrir la boutique d’ici l’été et de procéder à l’installation des équipements au courant des semaines suivantes.

Selon David Gaudreault, copropriétaire, l’investissement en valait la chandelle : « Ça rend notre entreprise plus accessible pour la clientèle locale et touristique. Avec les démos dans notre salle de montre, on va aussi pouvoir mieux présenter notre gamme de produits. » La prochaine étape pour l’entreprise consistera maintenant à se faire un site internet transactionnel pour percer le marché québécois.

Le Café Bistro Léz’Arts rouvrira ses portes

Coeur du village (2)
Un évènement tragique survenu ce printemps a failli mettre un terme à l’aventure débutée il y a 15 ans par les membres de la Coop de travail le Léz’Arts. Dans la consternation générale, le toit s’est effondré le 11 mars dernier sous le poids de la neige. Une faiblesse dans la structure du bâtiment aurait pu également contribuer au sinistre.

Malheureusement, les assurances ont refusé de couvrir les dommages, citant une clause au contrat qui exclut ce type de dommage. Rapidement, les membres de la coopérative se sont retroussé les manches pour nettoyer les décombres et protéger ce qui restait du bâtiment contre les dommages de la pluie et de la fonte des neiges. Heureusement, seul le toit s’est effondré, les poutres massives équarries à la hache ayant survécu au choc et protégé le rez-de-chaussée.

Les travaux sont présentement en cours pour finaliser la construction du nouveau toit. La coopérative a choisi de conserver une forme traditionnelle de toit de grange, pour préserver le patrimoine de l’ancien bâtiment agricole, et d’opter pour une couleur rouge très vive qui rehaussera le cachet de l’immeuble. L’extérieur sera entièrement repeint et des travaux de nettoyage seront également effectués à l’intérieur pour permettre la reprise des opérations d’ici le début de la saison touristique.

Fait à noter, l’ensemble de ces investissements, qui s’élève à plus de 40 000 $, a été réalisé sans aucune aide financière. Les membres de la coopérative ont dû contracter des prêts personnels pour arriver à rebâtir leur gagne-pain. L’une d’entre eux, Elisabeth Miron tient toutefois à remercier la population de Petit-Saguenay : « Les gens de Petit-Saguenay ont vraiment fait preuve d’une belle solidarité. À chaque jour, des gens se présentaient sur place sans qu’on leur demande pour venir nous aider. »

L’Auberge du Jardin choisit le bois

L’Auberge du Jardin est pour sa part en train de faire le renouvèlement complet du mobilier de ses chambres, des têtes de lit aux bureaux, en passant par les étagères et les tables de nuit. Tous ces meubles, qui dataient de la construction du bâtiment en 1988, sont en train d’être remplacés par des créations des Ateliers Bois de Fer. Pour Michel Bloch, propriétaire de l’auberge avec sa conjointe Marie-José Laurent depuis 1998, le choix était évident : « C’était clair, on voulait du bois massif. On voulait sortir de la mélamine. On s’est bien entendu avec Didier et David, qui ont été très coopératifs avec nous.»

Les 5 chambres de l’étage ont été rénovées en 2015, les 5 chambres du rez-de-chaussée l’ont été ce printemps et les 2 chambres de luxe seront mises à niveau au cours de l’hiver prochain. Les habitués de l’Auberge ont d’ailleurs tout de suite remarqué le changement, qui en plus d’être esthétique est aussi très fonctionnel. L’Auberge du Jardin, qui a une réputation internationale, ne s’en trouve donc que plus chaleureuse.

Pour ces investissements, les propriétaires ont tenu à encourager une entreprise locale. Comme l’explique Michel Bloch : « Si on ne s’encourage pas les uns les autres, on va tous rester petits. » Avec la couverture de la toiture qui été remplacée ce printemps, l’entreprise a investi plus de 45 000 $ depuis un an.

Un cœur de village dynamique

La contribution qu’apportent présentement les entreprises privées à la revitalisation du cœur du village démontre bien l’importance qu’accordent les Saguenois et les Saguenoises à leur patrimoine. C’est ce qui fait le charme du village. Plein d’autres initiatives y contribuent, comme par exemple la nouvelle affiche de rue de Transport Bouchard. Les citoyens font leur part en rénovant leur maison et en garnissant leurs terrains de fleurs et la municipalité réalise chaque année des projets pour embellir les espaces publics. Si le cœur d’un village témoigne de la vitalité économique d’un milieu, on peut certainement dire que Petit-Saguenay connaît présentement un bel essor.