L’église de Petit-Saguenay maintenant accessible aux personnes à mobilité réduite

1012

L’accessibilité au sous-sol de l’Église de Petit-Saguenay a toujours été un défi pour les personnes à mobilité réduite. Certaines personnes avaient même carrément cessé de participer aux activités des organismes qui y ont leurs locaux.

La semaine québécoise des personnes handicapées, qui s’est tenue sous le thème d’une société plus inclusive en 2015, a été l’occasion pour la Fabrique d’entamer une réflexion et de décider d’améliorer la situation. Une rampe a déjà été installée il y a plusieurs années pour accéder au rez-de-chaussée et à l’espace réservé au culte. Cette fois, la Fabrique a fait installer une rampe pour accéder au bâtiment et une plate-forme élévatrice à l’intérieur du bâtiment.

La Fabrique espère que l’amélioration de l’accessibilité de son sous-sol favorisera la participation aux activités qui y sont organisées par les organismes, que ce soit la ligue de poche le mardi après-midi, la danse le mercredi après-midi, la bibliothèque le mardi après-midi et le jeudi soir, la Saint-Vincent-de-Paul le lundi après-midi, les nombreuses activités du Cercle des Fermières ou les services qui se tiennent au salon funéraire. Si la plate-forme a été peu utilisée jusqu’à maintenant, il est certain que son utilisation est appelée à croître.

La réalisation de ce projet a été un défi et s’est étalée sur près d’un an. Cette réussite a été rendue possible grâce à la participation financière de la MRC du Fjord à hauteur de 7 000 $, via le fonds de la Ruralité, de la Caisse populaire du Bas-Saguenay à hauteur de 7 000 $ également et de la municipalité de Petit-Saguenay à hauteur de 500 $.

La Fabrique réfléchit à son avenir

Maintenant que ce projet est réalisé, la Fabrique se concentre sur le développement de solutions pour assurer l’avenir de la bâtisse et de ses activités. L’église, qui a été construite en 1956, a cruellement besoin d’une nouvelle couverture de toit. En effet, celle-ci n’a jamais été changée ! Le projet, qui devrait avoisiner les 100 000 $, nécessitera un apport important de la population. Mais comme le dit Diane Lavoie, nouvelle présidente de la Fabrique : « On va tout faire pour garder notre église ! »

Les perspectives d’avenir sont tout de même meilleures que dans bien des milieux. Malgré la baisse d’achalandage lors des messes, la présence des organismes sur place rend les installations très dynamiques et permet à la Fabrique de tirer des revenus intéressants. De plus, l’installation d’un nouveau système de chauffage biénergie l’automne dernier a réduit considérablement les coûts à cet égard.

Par ailleurs, la Fabrique demeure ouverte au développement de nouvelles activités. Récemment, par exemple, la Fabrique a accepté la demande du club de marche de pouvoir marcher dans l’église lorsque les routes sont glacées ou que le temps est mauvais. Toutes les propositions ou les demandes de la population pour utiliser cet espace immense sont les bienvenues.