Le Mont-Édouard… 25 années plus tard !

1224
Dernière portion du secteur haute-route sud-est

25 ans plus tard, nous pouvons affirmer que la culture d’entreprendre des pionniers d’hier se fait plus que jamais ressentir. Elle anime la vocation de nombreux bâtisseurs toujours en action pour la croissance d’un Mont-Édouard qui entrevoit son avenir avec vision.

Le Mont-Édouard est bien plus qu’une simple station de ski alpin, c’est une montagne où toutes les activités qui s’y retrouvent rendent hommage à l’hiver. En finalisant un financement de 1,6 million auprès de différents partenaires, le Mont-Édouard, chapeauté par la municipalité de L’Anse-Saint-Jean, peut se targuer d’être devenu, après des années de labeur, une des plus dynamiques stations de ski au Québec !

L’avènement d’un nouveau secteur dédié à la haute-route rappelle d’ailleurs étrangement les premières flammes des bâtisseurs, quand l’écho des scies à chaînes de dizaines de bûcherons professionnels et bénévoles donnait vie à cet extravagant projet. Le travail acharné d’une équipe passionnée de visionnaires tentait alors d’ouvrir les portes d’un marché aux possibilités encore insoupçonnées.

Ce nouveau sommet annexé au territoire actuel procure à la station un dénivelé skiable atteignant les 500 m, dont plus de 200 m seront réalisés en hors-piste, avant de déboucher sur la piste 9. Ce genre de caractéristique, jumelé à un enneigement naturel d’une qualité exceptionnelle dans un décor aux horizons infinis, attire l’attention des meilleurs skieurs de la province.

La haute-route est un terme qui désigne une approche dite de randonnée alpine, guidée ou autonome, en territoire hors-piste fortement enneigé. Ce nouveau sport de glisse se joint au généreux programme d’activités qui fait du Mont-Édouard un secret de moins en moins bien gardé. Ski alpin, télémark, planche à neige, véloneige, luge, glissade sur tube, patins à glace, ski de fond, sans oublier les sentiers de raquettes, voici un aperçu tout de même impressionnant de l’éventail des possibilités offertes à la population locale, ainsi qu’aux touristes.

Des incontournables tels que les excursions en traîneau à chiens, une balade sur le fjord pour une soirée de pêche blanche ou une envolée en kitesurf, la découverte de l’arrière-pays en motoneige ou même l’escalade de glace, complètent bien évidemment l’offre récréotouristique de ce fabuleux coin de pays nordique.

De nombreux défis restent à venir dans la réalisation du plan stratégique 2014-2019. Déjà cette année une nouvelle dameuse entrera en fonction pour étendre les nombreuses bordées de neige. La pente 3A sera ainsi entretenue en permanence. De plus, le tout nouveau système d’enneigement et ses canons refaits à neuf sont prêts à cracher des tonnes de neige pour assurer une ouverture hâtive. Enfin, le tapis d’embarquement, la réfection des bancs des remontées mécaniques et l’aménagement d’une piste de super G homologuée par la Fédération Internationale de Ski (FIS) s’inscrivent à l’ordre du jour des saisons à venir.

Les évènements majeurs de l’année 2014-2015, tels que la 15e édition du Festi-Télémark, revêtiront la couleur du 25e anniversaire. Et c’est le 31 janvier qu’aura lieu la grande soirée commémorant comme il se doit ce quart de siècle.

Le cap de ses 25 ans constitue un tournant majeur et décisif pour l’avenir du Mont-Édouard. L’horizon foisonne d’enthousiasme et d’espérance face aux projets de développement qui naissent de l’entrain et des idées de jeunes entrepreneurs et de leurs mentors.

Ce rêve de montagne dépasse sans doute celui des bâtisseurs qui n’ont pas eu peur, à l’époque, de bousculer le pouvoir en place et ainsi de fonder un moteur économique tenant actuellement une place primordiale dans notre région du Bas-Saguenay. Mais plus fondamentalement, ils ont par leurs actions et leur courage ouvert la voie à une culture d’autodétermination qui inspire et contribue de manière significative à la survie d’un fabuleux coin de pays.