Noëlle-Émilie Gagné, ravie de son expérience avec les couches lavables

1504

Noëlle-Émilie Gagné est une jeune femme déterminée, consciente de l’environnement et des déchets occasionnés par les couches jetables! Sans hésitation, durant sa grossesse, sa décision est prise, elle opte pour les couches lavables. Profitant d’une subvention de 100$ offerte par la municipalité de L’Anse-Saint-Jean, elle se lance dans l’aventure en étudiant différentes options.  

«Je ne regrette rien, au contraire j’y ai découvert plusieurs avantages, précise Noëlle-Émilie.» En effet, uniquement l’aspect financier est fort avantageux. Le coût d’achat annuel pour les couches jetables se chiffre autour de 2 500 $, tandis qu’elle a investi seulement 500 $ depuis la naissance de son fils Mathias, âgé d’un an.

Au niveau écologique c’est incroyable, le sac de déchets est réduit considérablement! Noëlle-Émilie utilise aussi des savons biodégradables, des crèmes naturelles pour un confort accru de son enfant. Maintenant la variété des couches offertes est surprenante et les tissus étudiés pour restreindre les odeurs.  «Nous sommes loin des couches en coton de nos grands-mères! Plusieurs modèles sont fabriqués avec des tissus en bamboo ou en coton biologique. C’est important d’essayer différents modèles, dépendamment de la physionomie de l’enfant, certains sont plus adéquats. Il existe des sites et des forums interactifs sur le web donnant plusieurs informations, j’y vais régulièrement, raconte-t-elle. » Elle peut s’approvisionner dans un magasin spécialisé à Chicoutimi, mais elle a également acheté des couches de seconde main de belle qualité.

Pour le séchage, elle privilégie l’extérieur quand mère nature le permet, puisque le soleil faire disparaître les taches! «Faire le lavage ce n’est pas une corvée pour moi, je le fais aux deux jours! J’ai au total une quarantaine de couches, et j’en utilise une quinzaine, entre chaque lavage, explique celle qui doit parfois avoir recours aux couches jetables, dans des circonstances exceptionnelles seulement car son fils réagit rapidement en développant des rougeurs. Par contre, avec les couches lavables, elle n’a pas connu les fesses rougies!

Noëlle-Emilie est ravie de son expérience et serait prête à recommencer pour un second bébé !