Un Vieux chemin ou la naissance d’un village

84
Une des premières maisons du vieux chemin qui appartenait à la famille de Wilfrid Simard autour des années 1890.

Le Vieux Chemin de Saint-Félix-d’Otis, emprunté de nos jours par ses résidents ainsi que par de nombreux touristes désirant se rendre au Site de la Nouvelle-France, recèle une histoire bien particulière. En effet, c’est dans ce chemin sinueux et parsemé de points de vue uniques qu’est né le village de Saint-Félix-d’Otis. Retour aux origines.

La municipalité de Saint-Félix-d’Otis naît à la suite du Grand feu de 1870. En 1874, des familles de Grande-Baie et de Bagotville décident alors de venir s’installer sur ce vaste territoire, d’y ériger leurs maisons et d’établir leurs familles. Parmi les pionniers, on retrouve Isaïe Claveau et Johnny Claveau qui s’installent sur les rives du Lac Otis appelé alors Lac à Caille. Ce lac doit son nom à François Guay, surnommé Caille, qui installa une scierie au Ruisseau à Caille, à proximité du Saguenay.

Mais revenons au Vieux Chemin. Les premières familles à venir habiter ce territoire qui devient Saint-Félix-d’Otis sont les Gilbert, Laberge, Potvin, Desgagné, Bouchard, Lavoie, Boulianne, Belley, Claveau et Simard.

Plusieurs familles s’implantent fièrement sur des terres près du Vieux Chemin, mais également à l’Anse-à-la-Croix. D’autres anses à proximité verront apparaître leurs premières maisons par après. C’est donc à cet endroit que naît un premier cœur du village avec la chapelle et la petite école de rang qui permettent aux gens d’avoir une vie de communauté bien vivante.

Une première chapelle

L’église, au début du vingtième siècle, était donc située sur le Vieux Chemin et non à l’emplacement où elle est maintenant. La première chapelle du Vieux chemin a été érigée au coût de 500$. Elle servira au culte jusqu’en 1925. C’est le curé de la Grande-Baie qui eût le premier l’idée d’une chapelle le long du Vieux Chemin pour la mission du Lac à Caille.

En 1901, Monseigneur Labrecque érige Saint-Félix en mission, la mission du Lac à Caille (l’érection canonique ne viendra qu’en 1953). L’abbé Hippolyte Néron est le premier missionnaire.

Le 3 janvier 1902, c’est le premier baptême, celui d’Almanzar Belley. Le 10 février de la même année, c’est le premier mariage. Wilbrod Lavoie s’unit à Philomène Villeneuve dans la chapelle du Vieux chemin.

Une photo de la première chapelle située dans le Vieux Chemin de Saint-Félix-d’Otis. (Source Jeanne Claveau d’après les archives de la municipalité)

Selon des témoignages recueillis par la revue Saguenayensia, lorsque le lieu de culte change d’endroit, plusieurs résidents du Vieux Chemin ne sont pas en faveur de cette décision et démontrent leur mécontentement en ne voulant plus fréquenter la nouvelle église.

En 1925, on transfère l’église du Vieux Chemin vers la route La Malbaie-Chicoutimi, maintenant appelée la Rue Principale. En 1926, la nouvelle église située dans le village actuel est érigée et bénie. Enfin, en juillet 1953, l’abbé Charles Martel entreprend avec l’aide de ses paroissiens la construction de l’église actuelle (coût : 120 000 $, évaluation : 250 000 $)

Le déménagement de plusieurs familles du Vieux chemin vers ce qui est aujourd’hui le cœur du village a été au centre d’une grande période de colonisation durant la crise de 1929. Cette dépression économique provoque un déplacement de plusieurs familles vers Saint-Félix-d’Otis.

En 1923, Saint-Félix-d’Otis devient corporation municipale. Joseph Vincent en est le premier maire. Léopold Bouchard est le secrétaire-trésorier de la municipalité et de la commission scolaire.

Une route qui poursuit son histoire

Avec les années, la désignation de Saint-Félix-d’Otis s’est substituée à celle de Lac à Caille. La paroisse étant dans le canton Otis, érigé en 1869 et ainsi désigné en l’honneur du curé Lucien Otis de L’Anse-Saint-Jean.

Concernant la route, c’est en 1880 que la Société Price obtient un tracé de 10 miles de longueur. La colonisation marche alors de pair avec l’exploitation forestière.

Lors du déplacement de plusieurs familles vers l’endroit actuel de la municipalité, il devient logique que l’église soit située le long de la route menant à Charlevoix. Le développement se poursuit alors avec l’implantation de familles à plusieurs endroits sur le territoire, tel que le Chemin du Rang-Trois, Lac-Goth, Lac-Éternité, etc.

Le Vieux Chemin aura vu naître quant à lui le cœur d’une municipalité. Lorsque l’on circule aujourd’hui sur le Vieux Chemin de Saint-Félix-d’Otis, on peut y sentir encore ce courage des premières familles y ayant vécu.

Alors une petite balade dans le Vieux Chemin, ça vous tente ?