150 jeunes participent au sondage de la Table jeunesse

1988
Les jeunes scolarisés sur notre territoire ont tous répondu, précise Philôme La France, ce qui nous permet d’avoir tout de même un portrait fidèle de la situation.

Lors de l’année 2015, la Table jeunesse du Bas-Saguenay a effectué un sondage auprès des jeunes du milieu. Cet exercice a été réalisé dans le cadre de la révision de son plan d’action, puisque cela permettra de cibler les besoins des jeunes afin de mieux y répondre. Lors d’une rencontre sur les environnements favorables organisée par Grouille-toi le Fjord le 10 septembre dernier, Philôme La France, directeur du développement à la municipalité de Petit-Saguenay, et Sandra Noël, coordonnatrice pour École communauté, ont fait une présentation des résultats de ce sondage devant des élus et partenaires du milieu.

Tous les jeunes du primaire et secondaire des cinq municipalités du Bas-Saguenay ont été contactés et si le taux de participation n’atteint que 69 %, c’est qu’il a  été plus difficile de rejoindre les jeunes de l’école secondaire des Grandes Marées à Ville de La Baie.

« Les jeunes scolarisés sur notre territoire ont tous répondu, précise Philôme La France, ce qui nous permet d’avoir  tout de même un portrait fidèle de la situation. Certains faits saillants attirent particulièrement notre attention et il nous semblait important de présenter ces résultats aux élus. 29 % des jeunes seulement prévoient de vivre dans le Bas-Saguenay à la fin de leurs études, les difficultés de transport pour se rendre aux activités ont souvent été nommées et enfin, de nombreux jeunes demandent à avoir un lieu, un local bien à eux où se retrouver dans leur municipalité. »

Philôme La France, directeur du développement à la municipalité de Petit-Saguenay, et Sandra Noël, coordonnatrice pour École communauté, ont fait une présentation des résultats de ce sondage devant des élus et partenaires du milieu.

De manière générale, 42 % des jeunes du primaire et entre 37 et 47 % des secondaires disent s’ennuyer, et c’est sans doute pour cela qu’ils veulent quitter une fois leurs études complétées. Si certaines demandes semblent quelque peu irréalistes, comme cette piscine intérieure malheureusement bien au-dessus des moyens de nos municipalités, d’autres sont plus accessibles comme la création d’une ligue de hockey ou l’accès à un local dédié aux jeunes dans chacune des municipalités.

« Ce que l’on vient présenter ce soir aux maires et aux élus en général, ce sont des problématiques, car dans un deuxième temps, avec la Table jeunesse, on va lancer des projets et demander des contributions. Si les municipalités ne sont pas là pour appuyer les efforts de la Table jeunesse afin d’améliorer l’offre d’activités aux jeunes, il va être difficile de faire évoluer le dossier. C’est tout de même plus de 40 % des jeunes qui disent s’ennuyer dans leur milieu et les municipalités ne peuvent l’ignorer. Peut-être sont-elles capables d’aller chercher du financement, de trouver des intervenants dans le milieu, de réaliser des projets mais c’est du leadership politique que cela demande avant tout ici,  concluent Philôme La France et Sandra Noël. »