Les 30 heures pleines d’entraide

194
Noëlle Dufour a eu beaucoup d’aide de sa famille et de son entourage et s’est ainsi sentie bien malgré cette longue période sans électricité.

Il y a quelque temps, nous avons vécu une période de 30 heures sans électricité. Cela nous a fait revenir à l’époque où il n’y en avait pas et nous a fait comprendre à quel point elle faisait maintenant partie de nos vies. À la suite de ce long moment, je me suis interrogée sur ce que les autres personnes avaient vécu durant cette expérience. En particulier les personnes âgées ne vivant pas à la résidence des Aînés. Je suis donc allée interroger Noëlla Dufour pour en savoir plus sur le sujet.

Pour commencer, je lui ai demandé comment elle avait vécu cette période sans courant électrique. Noëlla m’a dit qu’au départ elle avait trouvé cela difficile, car elle n’avait pas de poêle à bois lui permettant de chauffer son chez soi, mais que tout s’était bien passé malgré tout.

Par la suite, elle m’a conté que sa voisine était venue lui tenir compagnie et que l’un de ses frères était également venu les voir, son mari et elle. Son fils est descendu de Québec dans la nuit pour lui installer une génératrice. De plus, leur voisin d’en avant leur a proposé de venir chez lui s’ils étaient mal pris, car il avait un poêle à bois.

Noëlla a grandement apprécié ce geste de la part de monsieur Viateur. Finalement, je lui ai demandé si cela aurait été plus facile à la résidence des Aînés plutôt que chez elle à ce moment-là et sa réponse fut sans équivoque, elle préférait être chez elle. Elle a eu beaucoup d’aide de sa famille et de son entourage et s’est ainsi sentie bien malgré cette longue période sans électricité. Alors même si ne pas avoir d’électricité a apporté son lot de péripéties pas toujours positives, on peut voir qu’il n’y a pas seulement eu du négatif et que cela a permis à plusieurs voisins de s’entraider.