La Ferme d’en haut : un rêve qui prend forme !

1000

Depuis plusieurs années déjà, chacun de notre côté, nous avions les idées qui tournaient autour de la ruralité, avec un énorme sentiment de respect pour les agriculteurs qui se vouent à travailler la terre pour nourrir les gens et avec une profonde envie aussi de mettre l’épaule à la roue.

Après avoir expérimenté quelques avenues, notamment en gardant des cochons au pâturage et des poules pondeuses, nous avons décidé de nous réunir, Jean-François Gravel, Jean-François Bernier et moi, afin de former l’entité qui nous permettrait de canaliser nos pensées pour les transformer en actions!

C’est ainsi que La Ferme d’en haut est née!

Avec la créativité nécessaire pour voir et oser faire les choses à notre manière, nous voulons mener à bien un projet qui dure dans le temps et qui est viable! Ainsi, par une pratique éco-responsable qui contribue à l’effervescence de la région, nous voulons miser sur des productions adaptées au climat et qui plaisent aux gens d’ici.

Trois volets seront donc développés au fil du temps : la production maraîchère-fruitière dont une partie sera cultivée en serre, la production animale qui continuera cet été avec les poules pondeuses, les porcs en engraissement au pâturage et l’ajout de quelques agneaux, et enfin l’apiculture, puisque l’on connaît l’importance des pollinisateurs!

À ces volets s’ajoute un aspect participatif/éducatif qui sera exploré par les élèves de l’école Fréchette en parcours de formation axé à l’emploi, avec qui nous sommes fiers d’être associés pour réaliser quelques projets.

Présentement, l’habileté et la patience de Jean-François Gravel, accompagné de Jean-François Bernier et de plusieurs généreux collaborateurs, sont mises à contribution pour réaliser la construction d’une grange avec des matériaux récupérés de l’ancien bâtiment de monsieur Napoléon Bouchard, qui avait été démonté au village pour être rebâti aux Plateaux dans les années 80 et à nouveau démonté ce printemps.

Un logo est aussi en production sur la table à dessin du talentueux Benoît Guillot, qui nous offre par ailleurs son aide précieuse afin de comprendre les rouages des outils technologiques de diffusion et de communication!

De plus, une aspergeraie est en préparation, grâce à l’excellent pouce vert de Corinne Tremblay qui a transformé sa véranda en véritable forêt tropicale pour nous aider si gentiment ! Il y aura aussi prochainement des travaux de préparation des sols pour l’implantation d’une fraiseraie et d’une framboiseraie.

Avec ces produits, nous espérons attirer les gens au kiosque à la ferme ainsi que les familles intéressées par l’auto-cueillette. En solidarité avec les autres producteurs et avec les entreprises locales, nous voulons créer un appel pour les visiteurs et les habitants de la région en offrant des produits de grande qualité à l’éventuel petit marché du village. Nous visons aussi dans l’avenir fournir verdures, fines herbes, petits fruits, miel, asperges, ail, porc et agneaux aux restaurants et épiceries de la région.

Enfin, si nous avons choisi l’agriculture, c’est avant tout par convictions environnementale et politique. Nous croyons que cultiver et produire ce que nous mangeons est un acte de résistance à l’agriculture de masse. Notre engagement se tourne aussi envers la communauté, car nous voulons agir pour la vitalité de notre région en fournissant des aliments sains, produits localement.

Il y a aussi l’amour de la terre, de ce qui y pousse, et de ceux qui s’y nourrissent, bien sûr, car c’est la base d’un projet agricole ! En mettant sur pied La Ferme d’en haut, nous nous créons un emploi sur mesure où nous avons la liberté de prendre la direction souhaitée pour réaliser nos buts dans cette société!

Comme dans tout démarrage de projet, il y a beaucoup à apprendre et à réaliser, et nous allons travailler pour que ça marche !

Vous pouvez nous suivre sur notre page facebook :

https://www.facebook.com/les3tetesdecochons/

Merci infiniment de nous encourager!

« L’acte le plus puissant que nous puissions faire est de nous mettre en cohérence avec nos valeurs les plus profondes et de les traduire en action ». Cyril Dion