L’Association de pêche blanche de L’Anse-Saint-Jean, toujours active et innovatrice!

1097

Samedi le 23 janvier, les cabanes à pêche ont fait leur entrée à L’Anse, moment attendu impatiemment par les mordus de pêche blanche. Tout cela est possible grâce au dévouement et à la passion des membres de l’association qui gèrent cette activité hivernale incontournable.

Cette année  la pourvoirie, historiquement liée à l’association, ne sera pas sur place. Les propriétaires l’ont mise en vente faute de disponibilité pour s’en occuper. Mais, comme le souligne Cynthia Ratté : « plein de nouveautés et projets sont en développement pour palier cette absence ».

Il y a 35 ans,  la première pourvoirie voyait le jour, initiative de Guylaine Lavoie, Gervais Lavoie et Charles-Émile Gagné. À cette époque les pêcheurs embarquaient sur le Fjord à leurs risques et périls. Aucune loi ne gérait les activités, pas de pont de glace, ni de contrôle des opérations du brise-glace. En 1986, les glaces ont d’ailleurs cédé emportant les cabanes de la pourvoirie. Heureusement aucune perte humaine n’a été enregistrée.

Par la suite, Alain Lavoie et deux associés (Robert Hébert et Éric Houde), ont  mis en place une nouvelle pourvoirie avec une vingtaine de cabanes aux couleurs vives, qui ne passaient pas inaperçues. Parallèlement, l’association de pêche blanche, sous la présidence de Maurice Houde, travaillait de pair avec eux, les deux organismes ayant toujours été étroitement liés. Par la suite le flambeau de la pourvoirie a  été transmis à Julien Houde et Patrick Tremblay, jusqu’à l’année dernière.

Johanne Pelletier, Cynthia Ratté, Marie-Andrée Corneau, Nicolas Lavoie (président) et Jacques Côté.

L’année 2008 marqua un tournant majeur pour l’association de pêche blanche. Un nouveau conseil d’administration voit le jour composé de Sylvia Thibeault, Audrey Gagné, Sylvain Houde, Jean Gagnon, Patrick Tremblay et Julien Houde. Grâce à l’aide financière de plusieurs partenaires anjeannois et le travail des bénévoles, un pont de glace est construit avec des chemins balisés et entretenus; désormais les voitures ont accès au Saguenay gelé.

Présentement, l’association est toujours très active. Grâce à elle, les pêcheurs et leurs familles, ainsi que les nombreux visiteurs peuvent circuler de façon sécuritaire sur le Saguenay. La sécurité est prioritaire et une étroite collaboration avec Pêches et Océans Canada a été mise en place. L’association est responsable de l’entretien des chemins, du grattage, de la signalisation, de la recherche de financement. Les membres paient une contribution annuelle mais, comme le souligne Cynthia Ratté, leur dynamique secrétaire, « sans la grande générosité des gens de L’Anse, nous ne pourrions offrir cette activité. Un merci  spécial à Rénald Claveau (bénévole de l’entretien du chemin), Lauréat Gagné inc, la caisse Desjardins Bas-Saguenay, la municipalité de L’Anse-Saint-Jean, Promotion Saguenay et plusieurs commerces de L’Anse ».

Cette année des projets novateurs se sont ajoutés. Par exemple, les Chalets sur le Fjord offrent un forfait hébergement avec location de cabanes, le restaurant l’Islet va préparer des plats cuisinés à emporter. Depuis l’an passé, l’achat d’un petit chapiteau permet l’organisation d’un dîner hot-dog au profit de l’organisme. Avez-vous également remarqué les magnifiques peintures qui égaient les chemins de glace, réalisées par Cynthia Ratté et Karine Aubé? Huit nouvelles œuvres de Cynthia s’ajouteront cet hiver.

Plein d’idées innovatrices maintiennent cette activité hivernale en place. De plus en plus de gens de l’extérieur réservent un emplacement, mais un maximum de 115 cabanes sera accepté. Un village de pêche devient un lieu de rencontre et d’échange, un apport important à l’économie locale. Bravo à l’équipe de L’Association de pêche blanche de L’Anse qui travaille fort pour maintenir en place cette activité bien typique de notre hiver québécois.