Le saumon et son territoire

140
Crédits photos : Diane Simard

En 2018, le Québec fêtait le 40e anniversaire de la création des Zecs, mises en place sous le gouvernement de René Levesque. Prenant la relève des clubs privés et appuyée par de nombreux bénévoles, cette nouvelle forme de gestion a pris naissance afin de favoriser l’accessibilité au territoire et à la ressource.

Ainsi, la Corporation de la Gestion Rivière Saint-Jean Saguenay inc. (CGRSS) a vu le jour en 1994. Plus que centenaire, l’exploitation de la rivière pour sa richesse salmonicole date de 1859, lorsque William Price créa un club privé de pêche au saumon. Vous pouvez consulter le nouveau site internet de la corporation, dans lequel vous retrouverez l’historique : http://www.rivierestjean.com/

Sous la présidence de Laurence Gaudreault, les membres du conseil d’administration se distribuent plusieurs tâches afin de mener à bien les projets. « Nous avons à cœur la survie et la protection de notre rivière, nous sommes conscients du privilège d’avoir un tel joyau dans notre municipalité, c’est pour cela que toute l’équipe s’investit à la préservation de ce patrimoine anjeannois, rappelle madame Gaudreault ».

Celle-ci s’étonne cependant qu’en 2019 il faille encore assurer la surveillance de nuit contre le braconnage ! Le Québec compte une cinquantaine de rivières qui accueillent les saumons pour la fraie. Elles se situent surtout en Gaspésie et sur la Côte-Nord, c’est donc un atout d’en avoir par chez-nous. Plusieurs touristes viennent spécifiquement ici pour s’adonner à ce sport de prédilection. Les retombées économiques ne sont pas à négliger.

Au printemps 2018, la corporation a nommé Vanessa Gagné comme coordonnatrice. Celle-ci s’est tout de suite mise à la tâche pour acheminer des demandes de financement afin d’améliorer les infrastructures. Des subventions provenant du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFP) dans le cadre du Plan de développement de la pêche au saumon et en lien avec la FQSA (Fédération Québécoise pour le Saumon Atlantique) ont été accordées. Ainsi la corporation a refait le béton à la chute, rénové le chalet adjacent, fait l’acquisition de tables, fabriqué des bancs et des toilettes sèches. L’automne dernier, le chemin se rendant au secteur 3 a également été amélioré.

En 2019, d’autres réalisations dans le cadre du volet 2 de ce programme d’amélioration des infrastructures sont prévues. Il y aura la finalisation du chemin d’accès, l’ajout de toits sur des tables, d’autres toilettes sèches, l’inspection de la passerelle près de la chute et la solidification de la paroi. Vanessa rappelle que la ressource est fragile : « On essaie de la préserver. Nous devons en prendre soin, les saumons doivent eux aussi s’adapter aux changements climatiques. On remarque que l’eau des rivières se réchauffe un peu partout à travers le Québec et on espère que leur niveau sera supérieur cet été. L’an passé, la rivière fut particulièrement basse. » Savez-vous que le saumon arrive en juin et repart seulement en octobre. Il revient dans son lieu de naissance pour se reproduire, mais il doit attendre une température idéale d’environ 5 degrés pour ce faire ! Durant l’été, il ne se nourrit pas, quand il saute sur les mouches des pêcheurs, c’est plutôt pour défendre son territoire !

La CGRSJS engage six assistants pour la surveillance de la rivière de nuit et de jour. Durant la journée, ces derniers se transforment souvent en guides touristiques afin d’informer les visiteurs sur la pratique de ce sport et la préservation de cette précieuse ressource.  Un des endroits les plus courus demeure la chute à saumon, dont l’accès est gratuit. Plusieurs anjeannois en profitent également pour venir s’y reposer en admirant la rivière et les saumons qui sautent.

Avec le déluge, de nombreux méandres ont été détruits. Cet été, un projet de rétablissement de l’un d’entre eux est donc prévu près de l’édifice municipal. Bien des améliorations sont projetées, et l’organisme, de type OBNL, sollicite la participation de plusieurs bénévoles et la recherche constante de financements. D’ailleurs, le 27 avril avait lieu le souper bénéfice annuel. Une formule renouvelée, de type cocktail dinatoire, a ravi les convives. Les différents restaurateurs et traiteurs locaux se sont rassemblés pour offrir une vingtaine de succulentes bouchées, sous la supervision de Marina Lavoie.

Des panneaux d’interprétation installés à des endroits stratégiques seront également à découvrir cet été. Ce projet a été réalisé grâce à une subvention de la FQSA, avec la collaboration de la municipalité et de la MRC du Fjord-du-Saguenay. Une subvention a aussi été accordée pour refaire le site internet et le dépliant.