Attention! Un intrus géant à Petit-Saguenay

2277
crédit photo : MDDELCC

Connaissez-vous le pétasite du Japon ? Cette plante, cultivée à des fins ornementales et appréciée pour ses feuilles géantes, représente un réel danger pour nos écosystèmes ! Vous avez un rôle important à jouer pour freiner la progression de cette plante exotique envahissante (PEE) dans le Bas-Saguenay.

Le pétasite est une plante herbacée vivace, native de l’Asie de l’Est, qui peut atteindre 1,20 m de hauteur et dont les grandes feuilles, quasi circulaires, peuvent mesurer jusqu’à 80 cm de diamètre. Ses fleurs blanchâtres, regroupées en inflorescences pouvant atteindre 30 cm de hauteur, apparaissent au mois de mai, avant les feuilles. Le pétasite se multiplie rapidement grâce à son système de rhizomes qui forme des colonies denses.

crédit photo : MDDELCC

Plusieurs colonies imposantes ont été observées l’été dernier à Petit-Saguenay par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC). Celles-ci se trouvent le long de la rue du Quai, en face du bureau de la municipalité, près du sentier de randonnée et dans un champ à proximité. Malheureusement, des coupes de végétation ont eu lieu le long de la rivière Petit Saguenay, ce qui facilite la progression du pétasite en direction de la rivière Saguenay.

Le pétasite représente plusieurs dangers pour la flore indigène. D’abord, son mode de propagation par rhizomes lui permet de se multiplier et d’occuper l’espace plus rapidement que les autres espèces végétales. Ensuite, ses immenses feuilles créent de l’ombrage, nuisant ainsi à la croissance des espèces nécessitant plus de lumière. Le pétasite pousse facilement à l’ombre ou exposé à la lumière et il est capable de s’établir dans les sous-bois, dans les bandes riveraines et dans les terrains abandonnés. Cette capacité à se multiplier rapidement dans des environnements diversifiés fait de lui une plante extrêmement envahissante.

Que pouvez-vous faire ?

Comme pour toute espèce horticole, il faut éviter de planter le pétasite du Japon près de milieux naturels, particulièrement en bordure des cours d’eau, des lacs et des milieux humides. Il faut aussi faire très attention de ne pas jeter de résidus de plantes en milieux naturels. Même si vous pensez qu’un plant est mort, son système racinaire ou ses graines sont très robustes et peuvent survivre longtemps. Plutôt que de se composter, ceux-ci vont démarrer de nouvelles colonies dans le milieu où vous les avez jetés, qui prendront rapidement la place des espèces indigènes.

Crédit photo : MDDELCC

Pour combattre le problème à sa source, choisissez une autre plante pour vos aménagements paysagers. Les espèces exotiques envahissantes ont le potentiel de menacer la survie des plantes et des animaux d’ici, de changer nos paysages et de perturber des écosystèmes entiers !

L’Organisme de bassin versant du Saguenay (OBV Saguenay) est impliqué depuis 2014 dans le suivi des PEE sur son territoire avec le MDDELCC.

Pour mieux connaître les PEE, consultez le site web du MDDELCC (http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes-exotiques-envahissantes/index.asp). Pour connaître les moyens de contrôler les PEE, communiquez avec la direction régionale du MDDELCC (418-695-7883).

Pour toute question sur le projet de suivi ou si vous observez des nouvelles colonies de pétasite du Japon, communiquez avec nous à [email protected] ou au 418-973-4321.