Cultiver la présence à soi, chez les enfants.

1124

Il arrive que des enfants aient de la difficulté à s’endormir.  Il arrive que les parents éprouvent une lassitude, et même de la colère à l’heure du dodo.

Il arrive que les enfants courent, jouent et montent à un tel niveau d’excitation qu’ils s’effondrent en pleurs ensuite. Il arrive que les parents soient épuisés. Ces situations font partie du quotidien de la famille.

La vie de l’enfant est organisée par ses parents à l’intérieur de son milieu de vie.  Les parents ont le droit d’être stratégiques pour favoriser une relation harmonieuse. Avec tendresse, j’ai vu un enfant dormir. Je me suis questionnée sur la façon de préserver cet apaisement dans notre vie. Comment réveille-t-on l’enfant ? Comment endort-on l’enfant ?

Le chant d’un parent, vieux comme le monde, est une source d’apaisement. Si votre enfant vous entend chanter, il s’habituera à ce signal de calme. Vous pourrez l’utiliser au réveil comme au coucher. Ce chant, il est important que vous l’aimiez  afin de le lui transmettre avec amour.

Ensuite comment organiser les transitions? Avez-vous réfléchi à organiser la routine avec un visuel des étapes sur le frigo ? Il est possible de sortir les vêtements la veille, pour que le matin, tout soit prêt.

Un autre élément fondamental !  Est-ce que de réduire les négociations brime l’enfant ? Cela dépend de l’âge, bien sûr . Mais de prendre en main la gestion du quotidien n’enlève rien à l’enfant, sinon que cela lui facilite la vie et lui permet de mieux jouer. Il existe un moyen de visualiser le temps, soit une minuterie pour les œufs, (pas cher). Le parent peut dire : « le jeu se termine dans 5 minutes » et mettre la minuterie. Alors le rangement se fait lorsque l’enfant entend la sonnerie.

Préserver le calme est un investissement dans la gestion des émotions et pour l’apprentissage. L’enfant a besoin de limites claires lors de ses jeux avec les autres. Lorsque vous voyez que l’excitation monte, un arrêt momentané et une explication fourniront à l’enfant un cadre sécurisant et chaleureux. Ce cadre est essentiel pour qu’il apprenne à gérer lui-même ses débordements futurs. C’est un pas vers l’autonomie que d’encadrer l’enfant.

À ce moment, il reprend contact avec lui-même et s’installe au cœur de son être.

Le parent qui cultive le rythme dans le quotidien, se prépare à récolter des enfants bienveillants ! Voici une maxime pour guider vos décisions de parents éveillés :

Admirer le beau,

Honorer le noble,

Préserver le vrai,

Décider le bon.