Déménager en résidence pour aînés, un choix de vie !

132
Crédit photo : Marc Couture/LOKIA

Le retraité d’aujourd’hui est plutôt actif. Son agenda est rempli d’activités ou de rencontres familiales. Il aime jouer aux cartes, à la pétanque, s’initier au téléphone intelligent, garder ses petits-enfants… Après ces journées bien occupées, il est heureux de retrouver le confort de son chez-soi.

Cela dit, un parent, s’il est vieillissant, vivra bientôt une période de questionnement quant à l’idée de trouver un endroit plus sécuritaire où habiter. S’offrira alors la possibilité de partir en résidence pour aînés ou celle de demander de l’aide à domicile. Selon le Rapport sur les résidences pour personnes aînées 2017 de la SCHL, au Québec, le pourcentage de gens de 75 ans et plus ayant choisi une résidence pour aînés est de 17,9 %, alors que dans les autres provinces canadiennes, ce taux n’excède pas 9,1 %.

Déménager fait partie des événements marquants de la vie et si de surcroît nous avons atteint l’âge avancé de 80 ans, cette transition d’hébergement est souvent remplie d’émotion et soulève bien des interrogations.

Un environnement sécuritaire

Une résidence, c’est avant tout un milieu de vie sécuritaire. Finis les tracas d’entretien de la maison et d’organisation des repas. De plus, le personnel de soins en place est là pour offrir un accompagnement selon l’état de santé, autonome ou semi-autonome. Si toutefois une personne est non-autonome, c’est vers un autre type d’établissement qu’elle devra se tourner, entre autres, vers les CHSLD, à ne pas confondre avec les résidences pour aînés.

Les préposées aux bénéficiaires formées dans les résidences font le choix de travailler auprès des personnes aînées, elles y voient un précieux partage de vie. Elles sont là pour donner des sourires et assurer une aide à la vie quotidienne, à ceux qui le désirent, telle une prise de glycémie, se faire faire la barbe ou autre.

Le sentiment de sécurité vient aussi du fait que les résidences sont en liaison avec l’hôpital et la pharmacie. Tout le personnel qui y travaille, de la direction aux responsables des cuisines ou de l’entretien ménager, partage des valeurs de dévouement, d’empathie et de respect. Les repas servis respectent le Guide alimentaire canadien dans le souci de contribuer au mieux-être de ses résidents et de ses résidentes. Aussi, des campagnes d’information interne, dont l’importance de l’hygiène des mains et la prévention des chutes, sont en vigueur annuellement.

Enfin, les résidences privées pour aînés, pour demeurer en opération, doivent obtenir une certification du gouvernement du Québec. Les propriétaires reçoivent régulièrement la visite d’un inspecteur qui fait l’analyse en des centaines de points de la qualité des soins et services offerts, incluant la conformité de la bâtisse, dont la présence de gicleurs.

L’esprit de famille

Vivre en résidence, c’est aussi profiter de l’esprit de famille qui peut s’installer entre les résidents et le personnel, et surtout c’est briser l’isolement que vivent parfois les aînés. Il devient intéressant de compter sur de l’entraide, des sorties de groupe ou des activités semi-dirigées ou libres. Il est toujours possible de se joindre au groupe ou de retourner dans ses appartements, selon l’humeur.

La résidence Le Crystal de La Baie, située en bordure du fjord, fait partie de l’offre proposée aux personnes aînées de la région. Ses résidents y demeurent longtemps et proviennent tant de La Baie,  L’Anse-Saint-Jean, Saint-Félix-d’Otis ou Ferland-et-Boilleau.