Les jeunes nous parlent des aînés !

186
Lors de la fête des grands-parents à Rivière-Éternité.

L’importance des aînés dans nos villages

par Coralie Turcotte

Tous les petits villages ont leurs histoires, leurs secrets, leurs particularités et leurs couleurs à raconter. Ce sont toutes ces petites choses qui rendent nos villages si uniques, mais d’un autre côté, il faut des personnes pour les partager…

Les aînés sont les personnes qui ont vécu ces histoires et qui ont vu nos villages se transformer. En gros, ils les ont vus sous toutes leurs facettes. Souvent, ces belles histoires et légendes se perdent avec le temps, car il n’y a plus de lieux ou de moments pour les raconter. Il faut prendre le temps d’écouter et de créer ces moments pour que ceux-ci se poursuivent, qu’ils ne disparaissent pas avec nos aînés.

Pour ma part, je suis née à Petit-Saguenay, mais ma famille est originaire de la Gaspésie et de Québec, c’est pourquoi je ne connais pas beaucoup les origines de mon beau village, mais je reste toujours très heureuse d’apprendre de nouveaux éléments sur Petit-Saguenay.

Je profite de cet article pour souligner que cette année est le centième anniversaire de Petit-Saguenay, je suis convaincue que nos aînés seront bien contents de nous parler de la vie qu’ils y ont vécue et qu’ils continuent de vivre.

Pour conclure, je dis merci à nos aînés, merci d’être de si bonnes sources de savoirs et merci de faire partie de nos vies.

La place des aînés chez les Premières Nations

Par Ocy-Ann Petiquay-Paul

Chez les Premières Nations, comme dans toutes les sociétés, les aînés sont très respectés, par contre, ils ne jouent pas le même rôle dans la communauté. Puisque la transmission de la culture, de la langue, des connaissances et des valeurs se fait principalement de façon orale, les aînés sont écoutés avec attention et respect. Ils incarnent la sagesse et la confiance. 

C’est pour cette raison que les aînés, chez les Premières Nations, occupent une place si importante. Nous aurions tous intérêt à vivre l’expérience d’échanger, ne serait-ce qu’une journée dans notre vie, avec un aîné des Premières Nations et c’est à ce moment que chacun d’entre nous comprendrait et apprécierait la présence et la sagesse des aînés des Premières Nations.

De nombreuses activités intergénérationnelles sont organisées au Bas-Saguenay comme cette fête hommage aux grands-parents de Rivière-Éternité.

De la grande visite à la Maison des Aînés

Par Jimatée Blackburn

Dans le cadre de la semaine des Maisons des jeunes, le 10 octobre dernier, des jeunes de la MDJ sont allés souper avec les aînés. Ils étaient très heureux de notre visite. Ils nous ont expliqué qu’ils donnaient des bouteilles lors de la collecte mais n’étaient pas réellement au courant de ce qu’était la MDJ.

Les responsables ont pris du temps pour leur expliquer ce qu’était celle-ci, sa mission, ses valeurs. Suite à cet échange, plusieurs aînés ont manifesté l’intérêt de venir nous visiter et voir notre milieu de vie.

Nous avons profité de cet instant avec eux pour les questionner sur leur vie en général et aussi sur la vie d’autrefois.  Suite à cette visite, nous avons constaté que les aînés ne sont pas assez visités et nous aimerions les voir plus souvent puisqu’ils sont intéressants et en ont beaucoup à dire.

Les aînés dans nos vies

Par Rosalie Gaudreault et Britany Pelletier

Les personnes âgées sont très importantes dans nos villages. Ces gens nous font grandir et apprendre tous les jours. L’année dernière, lors de notre cours d’éthique et culture religieuse, nous sommes allés les visiter à la Résidence des aînés de l’Anse. Ils nous ont parlé de leur enfance, de comment étaient les écoles et des tâches qu’ils devaient accomplir.

Après notre invitation, les aînés sont venus nous rencontrer à leur tour. Nous leur avons fait visiter l’école, nous leur avons montré nos cahiers, ils ont aussi pu écouter les professeurs enseigner et, surtout, nous leur avons démontré les nouvelles technologies qui nous servent tous les jours !  Ils en ont appris beaucoup eux aussi.

Autrefois, il était beaucoup plus difficile de se rendre à l’école ou même d’aller travailler, maintenant c’est beaucoup plus simple pour nous puisque nous avons des autobus scolaires et les professeurs sont tous gentils. On apprend en s’amusant.

En conclusion, le passé est important, mais beaucoup de choses ont changé.