Un nouveau directeur du développement à la municipalité de Petit-Saguenay

743
Isabelle Morin, Nicolas Lamarque et leur fils Noahm, heureux nouveaux arrivants au village de Petit-Saguenay.

C’est tout récemment, en début d’année, que Nicolas Lamarque rejoint l’équipe de la municipalité de Petit-Saguenay en tant que directeur du développement. Avec un baccalauréat en travail social tout juste finalisé, il s’installe avec sa famille dans un logement au village.

Après 3 semaines en poste, au moment de l’entrevue, Nicolas s’aperçoit que son plus gros défi sera d’arriver à intégrer les enjeux du village tout en gérant une multitude de dossiers. « Il faut aussi qu’à travers tout cela, je prenne ma place en tant que directeur, que je prenne les rênes afin qu’ainsi la confiance puisse s’établir. L’équipe à la municipalité est très aidante dans tous ces apprentissages. Un de mes mandats, en tout cas, moi je me le donne, c’est d’aller vers les entrepreneurs de la région, pour les aider soit dans la mise en place de nouveaux produits, soit au travers de difficultés rencontrées. Pour moi, le développement, c’est aussi solidifier la base, que ce soit le matériel bâti ou les entrepreneurs de la région, je pense que c’est important de faire avec ce qui existe déjà. Et en tant que travailleur social, j’aime travailler avec et pour, miser sur mes forces et celles du milieu pour avancer. ».

C’est donc une nouvelle famille enthousiaste qui vient de rejoindre le village de Petit-Saguenay. Après avoir fait le tour du Québec avec l’intention de s’installer en région, Nicolas, sa conjointe Isabelle et leur jeune garçon Noahm, posent leurs valises au Bas-Saguenay. « Quand on a vu le fjord, respiré le varech, qu’on s’est retournés pour faire face aux montagnes escarpées, on a tout de suite senti que quelque chose se passait ! », explique Isabelle Morin, originaire de la Gaspésie.

 

« Dans les villes, tu es personne, tu vas à l’épicerie, t’es juste un numéro, on ne te dit pas bonjour, même si ça fait 10 ans que tu y vas ! Ici j’entends mon cœur battre, ce silence quand je prends mes marches, c’est tellement apaisant », poursuit la jeune maman.

« Il y a beaucoup de mythes autour de l’installation en région, pas de travail, pas de services. La première question que les amis nous posent, c’est comment vous faites pour trouver du travail ? euh … c’est parce qu’il y a plutôt un manque de main d’œuvre ici ! Et l’accès à la propriété est beaucoup plus abordable », remarque Isabelle.

D’ailleurs, devant la difficulté à trouver une location à l’année – les Airbnb diminuent considérablement les opportunités pour de jeunes familles de s’installer chez nous – Nicolas décide d’appeler directement le maire de Petit-Saguenay, Philôme La France. « Il nous a invités à le rencontrer, et nous a vraiment aidés à trouver un logement. Cette disponibilité, ce serait tout simplement impensable ailleurs ! »