Le secteur haute-route du Mont-Édouard

71

Les premières interventions sur le terrain de ce projet novateur ont eu lieu en automne 2014. Les secteurs de la montagne du Sacré-Cœur  et de la Vallée des Géants ont alors commencé à prendre forme. « Nous avons aussi conçu tous les sentiers de service et d’ascension pour ces secteurs. Victime du succès de notre domaine et sachant qu’il y avait une effervescence quant à la pratique de ce sport, nous avons triplé la superficie skiable au cours de l’été 2015 », explique Marc-André Houde, responsable du haute-route pour la station du Mont-Édouard. Aujourd’hui c’est donc un territoire de 22 hectares de poudreuse qui est mis à la disposition des adeptes de ce nouveau sport.

Pour atteindre le secteur le plus éloigné, celui de la Vallée des Géants, il faut gravir, équipé de peaux d’ascension, un sentier de 2 km dans les bois. Cet endroit porte bien son nom, puisqu’on y retrouve des centaines d’immenses bouleaux jaunes et épinettes blanches. Ce territoire offre un dépaysement total et cadre parfaitement bien avec le caractère autonome du ski haute-route. « Les pistes nous font découvrir une forêt exceptionnelle. Mais nous y sommes surtout pour la qualité des dénivelés et de la neige. Ce versant, exposé sud-est, est protégé des vents dominants et la neige s’y retrouve donc en quantité supérieure », poursuit Marc-André.

Le secteur du Sacré-Cœur, quant à lui, se trouve être le plus rapproché de la station. On peut voir les pistes depuis la base de la montagne du Sacré-Cœur, qui  siège juste à coté du Mont-Édouard. Il est sans doute le plus accessible pour les novices qui voudraient expérimenter en douceur les sensations de liberté procurées par le hors piste, puisqu’il débouche sur la piste 9, appelée la Familiale. Après environ 30 minutes d’ascension, toujours dans les bois, et on se retrouve en haut du secteur Sacré-Cœur, prêt pour une descente d’environ 200 mètres de dénivelé, à travers des couloirs sinueux et des sous bois clairs. Et bien sûr, si on le désire, on peut toujours s’offrir les services d’un guide.

On arrive à faire environ 5 à 6 descentes dans une journée, et pour les pauses, il y a un refuge chauffé au sommet de la Vallée des Géants. Enfin, il est tout de même bon de savoir qu’un plan d’évacuation en cas d’accident a été élaboré pour assurer la sécurité des lieux. En effet, le sentier principal est entretenu par une motoneige et des traîneaux d’évacuation ont été placés à des endroits stratégiques. Des patrouilleurs sont sur place en tout temps.