Une question d’équilibre.

613
Camping d'hiver sur le petit lac Ha!Ha! Crédit photo : Nathalie Simard

La mise en arrêt forcé du tourisme mondial pendant la pandémie aura permis à l’ensemble des acteurs de l’industrie de prendre un peu de recul et d’introspection. Certaines destinations qui avaient misé sur le tourisme de masse pour stimuler leur croissance se sont retrouvées désertées la pandémie venue, et ont pris la pleine mesure du phénomène de dévitalisation de leur tissu social engendré par leur modèle touristique. Les plus grandes organisations mondiales du tourisme se sont conséquemment engagées dans une profonde réflexion de laquelle émerge une nouvelle forme de tourisme plus vert, plus durable, un tourisme régénérateur.

Puisque le tourisme régénérateur a d’abord été conceptualisé en réaction au surtourisme, on l’identifie comme un phénomène qui a l’ambition de rénover la pratique touristique au sein des communautés locales, tout en redonnant plus qu’elle ne consomme. Les penseurs touristiques réfléchissent le tourisme régénérateur en fonction de la plus-value que le visiteur peut apporter à la destination et à la valeur ajoutée que le tourisme peut apporter à la communauté et sa population. Dans un article de blogue à ce sujet, Écoaventure Boréale affirmait : « Nous sommes profondément convaincus que le tourisme, et d’autant plus le tourisme d’aventure et l’écotourisme, peut être un puissant agent de mieux-être des communautés de la région ». Dans la même veine, la MRC du Fjord-du-Saguenay vient récemment de lancer sa stratégie touristique avec l’ambition de faire de la MRC « la destination 4 saisons d’aventure et d’écotourisme internationale par excellence au Québec ».

La région du Saguenay-Lac-Saint-Jean et, bien sûr, le Bas-Saguenay, jouissent d’un des plus importants joyaux naturels de calibre international que le Québec peut offrir et d’une offre de produits d’aventure et d’écotourisme abondante et de qualité. Tout l’écosystème dédié à soutenir les entreprises touristiques et leur milieu est aligné vers un développement cohérent avec les nouvelles tendances d’un tourisme bienveillant pour notre territoire et nos populations. Reste maintenant à ce que chacun d’entre nous mette tout en œuvre pour réaliser la vision de la MRC de se positionner comme la destination 4 saisons d’aventure et d’écotourisme au Québec.

  • Les entrepreneurs touristiques doivent constamment chercher à s’améliorer pour être des leaders internationaux.
  • Les municipalités doivent favoriser le développement et l’accessibilité de l’arrière-pays pour qu’elles soient attractives sans tomber dans le piège de trop concentrer les visiteurs au cœur des villages.
  • Les acteurs socio-économiques doivent livrer l’ambition de leurs orientations de développement touristique.
  • Les citoyens doivent contribuer en étant accueillants, en connaissant mieux leur industrie touristique et en prenant soin de leur territoire.

Bien au-delà des retombées strictement économiques, la vitalité et l’ambiance culturelle et rafraichissante de certaines de nos localités du Bas-Saguenay témoignent déjà d’une capacité de revitalisation qui se cache derrière une nature exceptionnelle et son potentiel extraordinaire pour les activités de plein air. Si l’on s’en tient à une vision d’un tourisme régénérateur pour le Bas-Saguenay, on devrait travailler à ce que ce développement s’étende à nos autres communautés, tout en tenant compte du bien-être de nos populations et de notre nature exceptionnelle. Après tout, régénérer, c’est l’art de maximiser tout en maintenant l’équilibre des choses…