Une réussite collective

104
Le centre de ski du mont Édouard magnifiquement posé par Sylvie Lavoie.

Au milieu des années 80, la municipalité de L’Anse-Saint-Jean vivait des moments difficiles au niveau économique. Par le passé, l’agriculture et l’industrie de la forêt procuraient la majorité des emplois aux travailleurs; mais dans les années 80, ces industries ont connu un déclin important et ne suffisaient plus à fournir du travail à la population locale. Les ventes de maisons étaient difficiles, plus de 60 étaient à vendre à bas prix sans pour autant trouver preneur, les jeunes se résignaient à quitter leur village pour se trouver un emploi à l’extérieur et s’établir en ville.   

La population et les gens d’affaires se préoccupaient de la situation économique; une démarche de réflexion a donc été amorcée. Lors de cette réflexion citoyenne, l’idée de mettre à profit les montagnes qui entourent le village a permis d’identifier le projet du Centre de ski Le Mont-Édouard. Cette idée permettra d’assurer le développement d’une nouvelle industrie au sein du village, le tourisme. 

Afin de concrétiser le projet, un organisme à but non lucratif est mis sur pied avec le concours de la municipalité. Son mandat était de piloter la réalisation de ce projet d’une station de ski que l’on voyait déjà comme le moteur économique de tout le Bas-Saguenay. Après quatre ans, la volonté et la ténacité du milieu auront eu gain de cause. La mobilisation citoyenne et le dynamisme des membres de cette organisation auront permis de réaliser une levée de fonds de 1,5M$ et de produire les études nécessaires en réponse aux multiples questions des politiciens et fonctionnaires. Le financement des gouvernements fédéral et provincial a été confirmé en février 1990 et la station accueillait ses premiers skieurs en décembre de la même année.

Les débuts du Mont-Édouard n’ont pas été faciles, la décennie des années 90 a été marquée par une crise économique sans précédent sur le plan national. Le Mont-Édouard a connu des difficultés financières majeures, une coopérative de solidarité a dû prendre la relève pour par la suite être récupérée par la municipalité en 2006. Depuis ce temps, le Mont-Édouard a connu une croissance majeure grâce à des investissements importants et le développement d’un village alpin au pied de la montagne. L’Anse-Saint-Jean est ainsi devenue une destination de notoriété nationale.

Au cours des cinq dernières années, le Mont-Édouard a accueilli des compétitions majeures de niveaux national et international en plus de recevoir des équipes d’élite provenant tant du Québec, que de l’Ontario et même des États-Unis; elles viennent s’y entrainer à chaque année. De nouveaux produits de glisse ont été développés, le ski de haute route et le ski de fond. Le secteur de la haute route connait une croissance phénoménale avec une clientèle qui provient dans une proportion de 80% de l’extérieur de la région.

J’ai été président de ce beau projet lors de sa création et mon poste de maire m’a permis d’en être à nouveau le président depuis sept ans. Je suis très fier d’avoir été impliqué dans cette audacieuse aventure du début de sa création à aujourd’hui. Mon but ultime est d’apporter ma contribution à la municipalité et surtout aux citoyens pour qui j’ai beaucoup d’estime et d’admiration. Avec le Mont-Édouard, j’ai pu contribuer à la création de ce moteur économique qui permet à L’Anse-Saint-Jean de se développer et de rayonner sur le plan national et international.